scroll right
scroll left










 

 

 

Sheikh Raghib ash-Sharjani

At-Tatar minal Bidayah illa ‘Ayn Jalout

Les Tatars de leur Début à ‘Ayn Jalout


Traduit par
Abdel Hakim Mouslim Islam Boutrif



Contents
Les Tatars depuis leur début jusqu’à ‘Ayn Jalout
Introduction
De la similitude des évènements passés et présents
Les deux forces en puissance avant l’apparition des Tatars
La puissance islamique
La puissance croisée
Les Tatars
Qui sont les Tatars ?
Les caractéristiques particulières des combattants mongols
Les trois puissances au septième siècle de l’Hégire
L’alliance entre les Tatars et les croisés
Gengis Khan décide d’attaquer les terres islamiques
Le prétexte de la guerre
Les Tatars attaquent le Khwarezm
La chute de Boukhara
L’année 617 de l’Hégire
Les prisonniers Musulmans
Samarcande
La destruction de Samarcande
La fuite de Muhammad Ibn Khawarizm Shah






Ce texte est incomplet et en cours de traduction

Les Tatars depuis leur début jusqu’à ‘Ayn Jalout

Introduction


Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

La louange est à Allah, nous Le louons, nous L’implorons et nous Lui demandons pardon. Nous cherchons protection auprès de Lui contre les maux de nos âmes et contre nos viles actions. Celui qu’Allah guide, nul ne peut l’égarer et celui qu’Il égare, tu ne lui trouveras aucun guide. J’atteste qu’il n’y aucune divinité excepté Allah sans aucun associé et j’atteste que Muhammad est Son serviteur et Messager, Saluts et Bénédictions d’Allah sur Lui.
La meilleure parole est la parole d’Allah Exalté et Loué soit-Il et le meilleur guide est le guide Muhammad, Saluts et Bénédictions d’Allah sur Lui. La plus mauvaise chose est celle inventée, chaque chose inventée est une innovation, chaque innovation est un égarement et tout égarement est dans le feu.
Ceci dit :


Allah Exalté, à Lui les Louanges et la Gloire, dans Son infinie miséricorde envers Sa création, leur a prescrit des règles permanentes et immuables. Avec ses règles, s’organisent la vie des gens, sur ses règles se basent la création, leur comportement et leur moralité. S’il y avait à chaque époque de nouvelles règles, si chaque lieu avait ses propres règles, la vie des gens seraient déréglées et les acquisitions précédentes perdues mais par la grâce d’Allah le Très Haut les expériences précédentes ne sont pas perdues. Ce qui arriva hier se répète aujourd’hui et ce qui arrive aujourd’hui se répètera demain et ainsi jusqu’au jour du Qiyamah.
C’est de ces principes que découlent l’Histoire Islamique ou toute autre histoire en général.
Les évènements passés reviennent et se répètent exactement de la même manière et il n’y a rien de nouveau sur la terre.
Si vous étudiez l’Histoire, vous verrez alors que ce qui nous arrive est déjà arrivé par le passé et de la même manière et dans les même circonstances si bien que nous pouvons d’ors et déjà, avec ce qui nous arrivent, aujourd’hui tirer les conclusions et la moralité.
Si nous suivons le chemin de ceux qui firent face victorieusement à ces évènements, nous serons victorieux à notre tour et si nous suivons le chemin des vaincus nous subirons la même défaite.
Si vous étudiez l’Histoire de cette manière vous en faites une source vivante et riche parce que vous tirez un enseignement bénéfique de cette histoire telle une graine qui s’épanouit, et qui vous permet d’agir des meilleures manières. Etudier l’Histoire pour en gagner une expertise pour agir en conséquence est le but idéal que devrait se fixer tout individu.
C’est ce que nous rappelle Allah Exalté dans Son Noble Libre quand Il, Bénie soit Sa Noble Face, dit dans la Sourate Youssouf, verset 111: « Dans leurs récits il y a certes une leçon pour les gens doués d’intelligence. Ce n’est point là un récit fabriqué. C’est au contraire la confirmation de ce qui existait déjà avant lui, un exposé détaillé de toute chose, un guide et une miséricorde pour des gens qui croient. »

Pour cette raison, le Grand Seigneur Loué, dans Sa miséricorde a fait un tiers du Qur’an un rappel des histoires des nations qui nous ont précédé mais aussi leur paroles pour nous montrer que Ses règles et Ses principes sont immuables depuis des millénaires. Ainsi, les gens peuvent tirer profit avant que les évènements ne surviennent.
Il, Exalté soit-Il a dit dans la Sourate al-Fath, verset 23 : « Telle est la règle d’Allah appliquée aux générations passées. Et tu ne trouveras jamais de changement à la règle d’Allah » puis dans la Sourate al-Isra verset 77 : « Telle fut la règle que Nous appliquâmes à Nos messagers que nous avons envoyés avant toi. Et tu ne trouveras pas de changement en Notre règle » et même cette exhortation est répétée un certain nombre de fois mais y a-t-il quelqu’un qui comprend cela ?

Seule une profonde réflexion sur notre Histoire peut nous bénéficier. Chaque histoire doit être étudiée sous tous les aspects possibles et c’est d’une importance capitale. Si vous avez lu nos précédents livres n’avez-vous donc point été peiné de voir les Musulmans faire à chaque fois confiance à leurs ennemis pour se voir trahir systématiquement quand Allah Exalté nous a mis en garde dans Son Noble Livre ? Que c’est malheureux et pénible de connaitre l’inévitable conclusion avant que les évènements arrivent et d’y assister impuissant !

Allah Exalté a dit dans la Sourate al-A’raf verset 176 : « Eh bien, raconte le récit. Peut-être réfléchiront-ils ! »

De la similitude des évènements passés et présents

Voici une histoire funeste, une histoire douloureuse, une terrible histoire en vérité, une histoire d’une importance capitale que nul Musulman ne doit ignorer. Je dirais bien aussi l’Humanité mais je me corrigerais et ne dirais qu’une partie de l’Humanité à savoir ceux qui furent au contact avec cette force brute car ceux qui ne l’ont pas été et particulièrement les occidentaux font l’apogée du fléau qui toucha les Musulmans.
Il s’agit de l’apparition d’une nouvelle force terrifiante sur la surface de la terre au septième siècle de l’Hégire et pour la première fois nous utiliserons uniquement la datation de l’Hégire puisque cela ne concerne pas les mécréants.
La sortie de cette force entraina des bouleversements considérables dans le monde en général et particulièrement en terre d’Islam.

Je vous présente l’histoire des Tatars, un avant-gout de ce que sera Jouj et Majouj lorsqu’ils déferleront sur le monde et que rien ne pourra arrêter, une armée sans fin dont l’avant-garde assiègent déjà vos portes tandis que l’arrière garde est à 8000 kilomètres de là.
Louanges à Allah ! Une étrange histoire sur tous les points de vues et si elle n’était pas rapportées dans tous les livres de nos historiens ont aurait pu douter de son authenticité. L’histoire d’une puissance de son apogée à son déclin qui au regard des autres dynasties n’aurait dû prendre qu’un temps relativement court puisqu’Allah change les choses d’un état à un autre et celui qui atteint l’apogée doit forcément chuter. Allah élève la nation qu’Il veut et abaisse celle qu’Il veut et quand Il le veut à travers de courtes périodes sur l’échelle universelle et ce depuis l’aube de l’humanité.
Les nations et dynasties se succèdent les unes après les autres et Allah Exalté dit dans la Sourate al-‘Imran verset 26 : « Dis : Ô Allah, Maître de l’autorité absolue. Tu donnes l’autorité à qui Tu veux, et Tu arraches l’autorité à qui Tu veux ; et Tu donnes la puissance à qui Tu veux, et Tu humilies qui Tu veux. Le bien est en Ta main et Tu es Omnipotent. »

L’histoire des Tatars est excessive sur tous les points de vue, destruction extrême, massacre extrême, armée extrême et trahison extrême et elle est en tout point semblable à ce que nous vivons de nos jours et comme un rappel d’Allah à Lui les Louages et la Gloire que les règles sont encore une fois et toujours les mêmes. Ce qui se passe aujourd’hui au quinzième siècle de l’Hégire et exactement ce qui se passa au septième siècle et si l’on regarde de plus près les évènements nous verrons aussi qu’ils sont en tout point semblable au passé et exactement au même endroit, en Afghanistan, en Ouzbékistan, en Tchétchénie, en Palestine et en Irak et ailleurs dans le monde islamique!
Armées après armées, destruction après destruction, massacre après massacre, traitrise après traitrise, nettoyage ethnique, bombardements aveugles, villages rasés, drones, tortures, viols, morts abusés, Qur’an brûlés, Prophète insulté, religion bafouée font chaque jour la une de nos journaux.

A travers l’histoire que nous allons vous raconter maintenant sans pour pourtant entrer dans les détails parce que cela prendra trop de temps et de place nous survoleront les principaux évènements qui nous permettront de constater les similitudes entre les deux guerres pour en tirer conclusion, moralité et utilité, pour voir les causes de la défaite et de la victoire.
Nos livres se sont que des Abrégés d’études superficielles car nous ne sommes pas compétents face à l’ampleur du réel travail qui devrait être fait par vous qui êtes compétents et qui ne faites rien ! Donc si vous voulez de plus amples détails sur les faits historiques de notre Communauté (islamique), je ne peux que vous conseiller de retourner vers les magistrales œuvres classiques de nos Salaf car la librairie islamique est, Gloire à Allah, riche et bien fournie pour celui qui veut se donner la peine de chercher, de traduire et de transmettre gratuitement à ceux qui n’ont pas ces compétences ou tout au moins à un prix correct qui permettra l’accès à tous.

A toute fin utile sachez que les historiens musulmans appellent les Mongols les Tatars, donc les Tatars ou les Mongols ne sont qu’une et même entité et nous emploierons la même terminologie.
Nous prions le Très Haut de faire ce travail utile, bénéfique et accessible pour nos frères et sœurs francophones, de nous pardonner et de nous faire miséricorde dans les trois mondes, ici-bas, dans al-Barzakh et l’au-delà.

Les deux forces en puissance avant l’apparition des Tatars

Les Tatars apparurent au début du septième siècle de l’Hégire et afin de comprendre les circonstances de la montée de cette force, nous devons préalablement voir comment était le monde et voir qu’elle était la force en puissance à cette époque.
Les deux puissances de l’époque étaient l’Oummah Islamique et les croisés, terme utilisé pour désigner les adorateurs de la croix sans distinction de race ou de pays.

La puissance islamique

La première puissance, l’Oummah ou Communauté Islamique, occupait à cette époque une superficie équivalente à la moitié des terres habitables du monde. Les frontières de l’état islamique s’étendaient de la Chine à l’est jusqu’aux portes de l’Europe en Andalousie à l’ouest. Une immense superficie sans aucun doute mais malheureusement la situation des Musulmans n’était pas à l’image de l’immensité de leur territoire malgré le nombre considérable de gens, de leurs richesses, de leurs ressources, de leurs armes et de leurs sciences. Le monde musulman était profondément divisé et la politique multiple et désordonnée bien que quelques dizaine d’années auparavant le monde islamique était à l’apogée de sa puissance, dominateur et unifié : « Ainsi faisons-Nous alterner les jours (bons et mauvais) parmi les gens, afin qu’Allah reconnaisse ceux qui ont cru, et qu’Il choisisse parmi vous des martyrs ».

D’autre part, à cette époque, le gouvernement islamique était dans un état de faiblesse extrême et il s’agit du califat abbasside, un long califat datant depuis l’année 132 de ‘Hégire avec approximativement 500 années d’existence et qui avait son siège à Baghdad. Ce califat était tellement faible que l’étendue de son pouvoir ne s’étendait pas au-delà de l’Irak et même pas de la totalité de l’Irak puisqu’il contrôlait uniquement le centre et le sud du pays. Et au-delà de l’Irak, des dizaines d’émirats totalement indépendants du pouvoir central, gouvernaient le reste de l’état islamique sans revendiquer le titre de califat, c’est pour cette raison, que le califat abbasside paraissait être le califat de tous les musulmans.
Bien que l’exemple est incomparable, nous pourrions prendre celui de la reine d’Angleterre qui bien qu’elle soit reine n’a qu’un pouvoir symbolique limité sur la politique du pays mais aussi de celui de tous les dirigeants occidentaux puisque ce sont les services secrets qui font réellement la politique des pays, les dirigeants n’étant que des façades utilisées pour justifier leur démocratie factice, et ainsi était le calife, plus un symbole qu’un réel pouvoir.

Ainsi tous les Musulmans du monde pensait avoir pour calife un descendant d’al-‘Abbas puisque les sermons étaient lus en son nom sur tous les Minbars alors que ce dernier n’était que le calife d’un infime partie du monde islamique, les deux tiers de l’Irak !
Personne à cette époque, ou si peu comme nous l’avons vu pour les Mourabitine, ne donna de l’importance ou se sentit concernés par ce nom, ou porta vraiment allégeance au calife au sens réel du terme de Bay’a (voir l’explication dans nos précédents volumes). Bien que le peuple à une responsabilité certaine envers le calife, il est cependant, à un degré moindre, responsable comparé aux hommes de pouvoirs, les sultans, les gouverneurs, les émirs, les commandants et les chefs des musulmans dont le seul intérêt de l’époque était la recherche des biens et du pouvoir.
Et ces derniers, et nous parlons de manière générale puisqu’il y a toujours de rares exceptions, ne se sont jamais considérés comme des gens de pouvoir exerçant l’autorité sur des peuples hormis pour lever les taxes et les impôts. Jamais l’un d’entre eux n’a pleinement réalisé qu’il était responsable de son peuple et de sa sécurité, de son bien-être et de sa protection. Non plus qu’ils n’ont pensé qu’il était de leur devoir de lever des armées, de se préparer pour les éventualités des guerres, d’envoyer des gardes aux postes frontières et de veiller à la sécurité de l’état.
Comme vous le savez la responsabilité s’étend, en cas de conditions particulière, à la totalité des Musulmans donc nul n’est censé être irresponsable et si en cas de guerre, les habitants du pays sont incapables de se défendre, les Musulmans les plus proches doivent se charger de leur défense et ainsi de suite jusqu’à la totalité des Musulmans si bien que le femme n’a plus besoin de la permission de son mari pour combattre, le fils de son père, l’enfant de sa mère etc., la responsabilité s’étend donc à tous les Musulmans c’est ce qu’on appelle Fard ‘Ayn ou l’obligation renforcée.

Si les Musulmans ont donc abandonné leurs obligations, les gens de pouvoir n’ont pas remplis les conditions de leur statut, ils n’ont pas veillé à la sécurité des musulmans, ils n’ont pas veillé à les nourrir et a amélioré leur confort, ils n’ont pas veillé à leur bien-être, ils n’ont pas empêché les injustices, ils n’ont pas rendus les droits aux opprimés, ils n’ont pas puni les oppresseurs (comme vous avez dû le remarquer dans nos Abrégés nous avons ajouté un grand nombre d’informations diverses, sur les famines, les brigandages afin que vous réalisiez ces vérités), ils n’ont pas réellement appliqués les lois d’Allah Exalté sur les individus ni approuvé le bien et désavoué le mal, ils n’ont pas cherché à élever l’Islam et à défendre ses valeurs, ils n’ont pas cherché à unifier les rangs et les cœurs.
Non, en vérité, ils étaient bien loin de ses préoccupations majeures et ce qu’ils voulaient c’étaient juste garder un peu plus longtemps le pouvoir et à leur enfants après eux. Ce qu’ils voulaient c’était faire profiter le pouvoir à leur proche et leur famille. Ce qu’ils voulaient c’était ramasser des sommes considérables d’argent et faire des fêtes sans fins, des danseuses, du vin, al-‘Oud (guitare orientale) wa at-tabbala (tambour).

La vie des gouverneurs de cette époque n’était ni utile et ni profitable pour personne. La vie des gouverneurs de cette époque n’était réservé qu’à eux seulement et le reste du peuple ne devait surtout pas faire partie de cette élite mais croupir et subir. Le calife devint une relique, la raison du califat oubliée et l’entourage du calife égaré et ainsi était le califat abbasside au début du septième siècle de l’Hégire. Et naturellement vous ne manquerez pas, à chaque ligne, de comparer cette époque à la nôtre.

La seconde partie du monde islamique, l’Egypte, la Syrie, le Hijaz et le Yémen était sous le contrôle de la dynastie des Ayyoubi, les descendants de Salah ad-Din puisse Allah lui faire miséricorde mais malheureusement les gens qui dirigèrent ces pays ne ressemblaient absolument pas à cet homme puissant à l’excellente mention dans l’histoire pour l’éternité. Ils divisèrent le pays que Salah ad-Din arracha au croisés après leur humiliante défaire à Hattin et libéra Bayt al-Maqdis, le pays qu’il avait unifié par la force qu’ils partagèrent en petit royaume et dirigèrent de la plus mauvaise manière.
L’Egypte se détacha de la Syrie ainsi que le Hijaz et le Yémen tandis que la Syrie fut divisée en principautés ennemies les unes des autres. Hims se détacha de Halab et Damas, la Palestine de la Jordanie et la majeure partie des terres que Salah ad-Din avait libérée au prix d’un immense effort et qui furent abreuvées du sang des Musulmans retombèrent entre les mains des croisés quand elles ne furent pas offerte à cause de la division des gouverneurs et il n’y a de force et de puissance qu’en Allah.

Quant au Maghreb et l’Andalousie, ils étaient sous le contrôle des Mouwahhidine, les usurpateurs du pouvoir et des efforts des Mourabitine qui avaient unifié le Maghreb et l’Andalousie et si les Mouwahhidine étaient puissant, ils ne le devaient qu’à ces derniers dont l’état s’étendait de la Lybie au Maghreb et de l’Andalousie à l’Afrique centrale. Néanmoins au début du septième siècle, les Mouwahhidine étaient sur le déclin et après la célèbre défaite d’al-‘Iqab en 609 de l’Hégire en Andalousie, une partie de l’état des Mouwahhidi s’effondra suite à l’assaut répété des croisés tant en Andalousie qu’en Afrique.

Une autre partie du monde islamique s’étendait pratiquement sur l’Asie, une immense et vaste région, était celle du Khwarezm qui s’étendait de l’ouest de la Chine à l’est, et englobait une large partie de l’Iran à l’ouest. Le Khwarezm était en conflit depuis très longtemps avec le califat abbasside et il fut responsable d’un certains nombres de conflits et de coup d’états. Le Khwarezm conduisit un grand nombre de guerre non seulement avec l’état abbasside mais aussi avec les Seljouks, les Ghouriyine, les Turcs et d’autres dynasties musulmanes.
Le Khwarezm était aussi profondément divisé de l’intérieur qu’il l’était à l’extérieur et il causa un très grand nombre de problème à l’état islamique en conduisant par exemple régulièrement des guerres contre l’empire musulman d’Inde qui à l’époque était sous le contrôle des sultans Ghouriyine. Cette région était donc instable mais elle n’était pas la seule. Une autre région du monde islamique très large et montagneuse au centre de l’Asie, Farès (l’Iran actuel) à l’est, au nord et au sud était sous le contrôle des sultans khwarizmi.
La région ouest de Farès qui était au voisinage du califat abbasside était sous le contrôle d’une secte ismaélienne shiite, une vile et immonde secte hérétique sur qui un très grand nombre de savants musulmans jetèrent l’anathème. Cette secte descendante des mages adorateurs du feu (majous) mélangeait la philosophie avec leur dogme corrompu. Cette secte qui reniait le Qur’an, les Prophètes et les lois se spécialisa dans la manipulation des armes blanches et les poisons, la construction de forteresse dans des endroits inaccessibles et elle était la plus dangereuse des sectes battini. Cette secte enseignait à ses seuls adeptes des charlatanismes ésotériques qui feraient même hocher de perplexité la tête d’un âne et le but de cette secte était aussi le pouvoir et le sultanat.
Cette secte et vous aurez très certainement reconnu les maudits ismaéliens al-hashashiyine causèrent un très grand nombre de problème à l’état islamique et assassinèrent un très grand nombre de célèbres personnalités, des sultans, des Imam, des savants et des émirs. Cette secte se trouvait donc à l’est de l’Irak et à l’ouest du Khwarezm était donc totalement indépendante de ces états.


Le dernier et grand état du monde islamique était l’Anatolie (Sultanat de Roum), une partie de la Turquie actuelle, ou l’Asie mineure qui était contrôlée par les Seljouks Roum d’origine turque qui eurent une fabuleuse histoire et menèrent un grand Jihad sous le règne du triomphant commandant musulman Alp Arsalan, puisse Allah Exalté lui faire miséricorde. Cependant ses enfants qui étaient chargés de la protection de ce dangereux état qui avait pour voisin l’empire byzantin étaient à l’aube du septième siècle de l’Hégire dans le même état de faiblesse que les autres états musulmans qui les conduisirent à une lamentable et pénible condition.

Malgré l’immensité de ces états islamiques sous l’ombre du califat islamique abbasside absent, à quoi auraient-ils pu servir sans un homme fort pour contrôler l’ensemble c’est pourquoi ils furent ravagés par les guerres fratricides et les dissensions, les troubles et les divisions par les désobéissances et les péchés et seule la recherche des biens devint le but des Musulmans. Le monde islamique se remplit d’injustice, de brigandages, de vols et de tromperie et il brilla par l’absence de toute justice. Les Musulmans devinrent des déchets les uns pour les autres, sans valeurs et sans respects, volés, opprimés et tués par leur propre frère. Ou était les savants et leurs frères en religion, les simples musulmans, ou était la conscience islamique ?
Sachez alors et soyez en convaincu que celui qui se trouve dans un tel état doit vraiment changer rapidement s’il veut survivre.

Le monde islamique devint suspendu et figé, transi et paralysé, broyé et soumis, prêt à être cueillit par le premier venu. Les Musulmans restèrent dans l’attente d’un renouveau, d’une génération qui apporterait un changement à son statut avec la grâce d’Allah Exalté, qui lèverait le drapeau du Tawhid et restaurerait l’authentique pouvoir du califat qui lui ramènerait sa gloire mais sans rien faire pour permettre ces changements.

Ainsi était cette puissance à l’époque, la puissance de la Oummah Islamique. Une puissance qui n’avait pas une longue histoire mais une puissance fragmentée et dispersée.

La seconde puissance à l’aube du septième siècle était celle des croisés.

La puissance croisée

Le quartier général des croisés à cette époque se trouvait à l’ouest de l’Europe ou ils avaient un très grand nombre de fortifications (ma’qil) et les Européens à cette époque conduisirent des guerres successives contre les Musulmans. Les Chrétiens de France, d’Angleterre, d’Allemagne, d’Italie organisaient des croisades consécutives sur la Syrie et l’Egypte mais aussi sur l’Andalousie avec l’aide des Chrétiens espagnols et portugais.
Le principal point de rencontre des croisés se trouvait aussi en Europe de l’ouest mais il y avait d’autres lieux de rencontre à travers le monde. Dans ces lieux de rencontre y étaient déversés la rage et la haine contre l’Islam et les Musulmans à qui on ne reprochait que d’avoir cru au Dieu Unique, de se laver, de ne pas boire de vin et de ne pas manger de cochon, un crime impardonnable comme vous le voyez !
Et depuis le début du septième siècle les assauts contre l’Islam et les Musulmans se poursuivent au quotidien depuis huit siècles et ne se sont jamais arrêtées ni ne s’arrêteront jamais tant qu’un seul musulman vivra sur la surface de cette terre car c’est leur raison de vivre.

Le premier lieu de rencontre de ces croisés se trouvait en terre byzantine, l’état romain de l’ouest ou il s’était établit après avoir été chassé de Rome par les Vandales et lorsque ces derniers disparurent, les croisés s’établirent de nouveau à Rome et contrôlèrent les croisés de l’ouest de l’Europe.
L’empire byzantin qui se trouvait en Asie Mineure à l’ouest de l’Anatolie musulmane contrôlait l’est de l’Europe et fut pendant longtemps un ennemi acharné de l’Islam en conduisant de nombreuses batailles mais à cette époque particulière, l’empire était dans le déclin, fragmenté et divisé tout comme l’état islamique.

L’autre regroupement de croisés à cette époque, se trouvait dans le royaume d’Arménie qui se trouvait au nord de Farès et à l’ouest de l’Anatolie et qui était en guère constante avec les Musulmans et particulièrement les Seljouks Turcs d’Anatolie.

Un autre regroupement de croisés se trouvait dans le royaume de Qourj, ou l’actuelle Géorgie qui lui aussi mena des guerres permanentes contre les Musulmans et particulièrement ceux du Khwarezm.

Un des plus dangereux rassemblements de croisés se trouvait au cœur de l’état islamique dans les royaumes croisés de Syrie, en Palestine et en Turquie. Ces royautés occupaient les terres islamiques depuis la fin du cinquième siècle de l’Hégire et exactement depuis l’an 491. Et bien que Salah ad-Din ait vaincu les croisés et remporté la victoire de Hattin, libéré al-Qouds et une grand partie des terres musulmanes ces croisés étaient toujours en terre d’Islam. Ces royaumes restèrent une menace permanente et menace toujours jusqu’à nos jours, les terres musulmanes voisines non occupées. Le plus menaçant de ces royaumes était celui d’Antioche, d’Acre, de Tarablous (Tripoli), de Saïda, de Beyrouth et d’autres.


Comme vous le voyez, l’état islamique subit des guerres permanentes sur tous les fronts proportionnellement à l’augmentation de la haine et la rage des croisés contre l’Islam et si vous avons vu le théâtre des opérations nous allons voir maintenant l’époque des opérations.

Les Tatars

La fin du sixième siècle de l’Hégire fut une période prospère pour le monde islamique et couronnée de succès contre les croisés mais le début du septième siècle le vit passer d’un état puissant à un état faible en seulement une dizaine ou une vingtaine d’années ni plus ni moins.
A la fin du sixième siècle de l’Hégire, le héros Moujahid Salah ad-din remporta la magnifique et décisive bataille de Hattin contre les croisés en Syrie en l’an 583 de l’Hégire. Quelques années après, le héros al-Mansour al-Mouwahhidi, sultan des Mouwahhidine, remporta la fameuse bataille d’al-Arak contre les croisés espagnols en l’an 591 de l’Hégire et malgré ces deux fantastiques victoires et quelques années plus tard à peine, les Musulmans déclinèrent dans l’état que nous avons précédemment mentionné.
Et pendant ce temps, apparut sur la scène internationale une nouvelle puissance active qui bouleversa la terre, changea l’ordre mondial, redessina les frontières et s’imposa comme une troisième puissance non pas en troisième position mais plutôt comme la première superpuissance de la terre et nul ne contestera cela.
Cette nouvelle puissance est celle des Tatars ou al-Maghoul , puisque les historiens musulmans les nomment ainsi, alias les Mongols.

Qui sont les Tatars ?

Les Tatars apparurent approximativement en l’an 603 de l’Hégire en Mongolie au nord de la Chine et leur premier chef fut Gengis Khan, un nom internationalement connu par tous comme Hitler.
Gengis Khan n’était pas le véritable nom de ce chef mais un surnom qui voulait dire le tyran du monde ou le roi des rois du monde (qahir al-‘alam aw malik al moulouk al-‘alam) et aussi le puissant dans d’autres langues de cette région du monde. Son nom réel était Timoujine et c’était un homme sanguinaire et cruel sans commune mesure en plus d’un impitoyable et abominable commandant militaire. Il avait le pouvoir inné de rassembler les gens autour de lui et il entreprit de soumettre tous ses voisins en conquérant leurs terres si bien que son état, en un temps record, s’étendit de la Corée à l’est jusqu’au frontière de l’état islamique de Khwarizm à l’ouest et de la Sibérie au nord jusqu’à la mer de Chine au sud. Prenez donc une carte et regardez l’étendue de ce territoire.


Source


En un temps record, il soumit la totalité de la Chine soit 109 millions de kilomètre carrés approximativement. La Chine, la Mongolie, le Vietnam, la Corée, le Cambodge, la Thaïlande, la Sibérie et le nom des Tatars ou des Mongols est lié à ce peuple qui s’établit au nord de la Chine dans un désert qui a pour nom le Désert de Gobie en Mongolie.

Les caractéristiques particulières des combattants mongols

Les Tatars ou les Mongols ?
Les Tatars ont pour origine les tribus de ces régions et de ces tribus sont issus d’autres tribus tels que les Mongols, les Turcs, les Seljouks ainsi qu’un grand nombre d’autre tribus avec des noms différents. Et lorsque Gengis Khan et ses Mongols occupèrent cette région, toutes les tribus prirent le nom de Mongols.
La religion des Tatars était étrange et un amalgame de différentes religions que Gengis Khan prit de l’Islam, des Chrétiens, des Bouddhistes à qui il ajouta certaine choses inventées par lui dont il fit un livre qui servit de code et de religion aux Tatars et qu’il nomma al-Yassiq ou al-Yassa.
Les guerres des Tatars étaient reconnaissables grâce à des particularités qu’ils leur étaient propres ; un déferlement effrayant, l’infinité des troupes, des millions de combattants, une organisation et un ordre exceptionnel, extrêmement résistants dans les pires conditions, aptes à combattre dans tous les états y comprit chaleur intense et froid glacial, implacables combattants, formidable commandement militaire et non pas seulement Gengis Khan tous les soldats et les commandants étaient aptes au commandement. La plus marquante des caractéristiques de ces troupes était certainement leur manque total de compassion comme s’ils n’avaient pas de cœur donc pas d’émotions.

Les guerres des Tatars étaient sans commune mesure avec celle du reste de l’Humanité. Leurs destructions étaient massives et démesurées. S’ils entraient dans une ville, ils n’en ressortaient qu’après avoir rasé toute forme de vie et tout support de vie. Tout était systématiquement détruit de manière à ce que la vie ne puisse pas ressurgir et il ne faisait aucune différence entre les femmes, les bébés, les enfants, les jeunes, les vieillards, les malades et les animaux, aucune différence entre les opprimés et les oppresseurs, aucune différence entre les civils et les combattants.
Ils étaient un peuple terrifiant, déchaîné et sanguinaire sans état d’âme et comme l’a dit le Sheikh al-Mouwaffaq ‘Abdel-Latif dans Khabar at-Tatar : « C’est comme si leurs buts était d’éteindre l’humanité et la désolation du monde car ils n’étaient intéressés ni par le pouvoir et ni par l’argent, » leur seul but était la pure stérilisation de la terre.

Une autre caractéristique des guerres de ce peuple était leur refus de l’acceptation de l’autre, du conseil de l’autre, ou de l’aide de l’autre et aucune alliance possible avec les autres n’était envisageable. Cependant, la pire des choses est que les Mongols étaient convaincus qu’ils venaient pour amener la paix, la justice et propager leur religion exactement comme les soldats de la « paix » de nos jours !

La dernière caractéristique de ces gens est qu’ils ne respectaient ni parole, ni engagement, ni pacte et ni traité et si les croisés étaient comme eux sur ce point et respectaient toutefois 1 engagement sur 1000 et uniquement quand leurs intérêts étaient menacés, les Tatars n’en respectaient aucun sur mille. Et jamais du début de leur histoire à leur chute, ils ne respectèrent la moindre parole ou le moindre traité.

Ce sont par ces caractéristiques que furent connus les Tatars et ces caractéristiques s’appliquent et se retrouvent dans toutes leurs armées au fil du temps. Ils n’ont jamais pensé une seule fois à Celui qui détient la Toute Puissance et qui a établi des lois pour les êtres Humains et au final les Tatars n’étaient que des criminels comme toutes les armées des mécréants et si vous comparez les apostats de toutes les époques, ils étaient en tout point similaires et l’exemple le plus récents après celui des escadrons de la mort (un synonyme de Tatar) du gouvernement algérien et leur odieux massacres de populations civiles, nous avons vu celui des Américains alliés aux shiites à l’œuvre en Irak et en Afghanistan que j’ai vu de mes propres yeux filmés par des soldats américains, on trouve tellement de chose sur Internet.
Ainsi furent aussi les guerres des Perses et continue de l’être, ainsi furent les guerres des Romains, ainsi furent les guerres des croisés en Syrie et en Egypte, ainsi furent les guerres des croisés en Andalousie, ainsi fut la guerre d’Algérie ainsi sont les guerres de nos jours, aucun changement.

Nulle de ces armées n’a un regard ou une considération pour les lois divines, nulle des armées n’a jamais pensé que la Toute Puissance n’appartient qu’à Allah Exalté à Lui les Louanges et la Gloire, nulle de ces armées n’a jamais pensé qu’un jour elles comparaîtront devant le Juge Suprême et que tous ces innocents qui sont morts sans savoir pourquoi et à qui on a jamais donné la parole se verront rendre justice, sinon à quoi bon la vie quand on né et meurt sans être consulté ?

Et ainsi se poursuivent les guerres de nos jours par les mécréants et leurs alliées durs et sanguinaires envers les peuples désarmés. Ou sont donc passées toutes les armées de Saddam, ont-elles défendues leur pays mais non, ou si peu, elles se sont totalement volatilisées comme si elles n’avaient jamais existées ! Et Abou ash-Shar de Syrie qui s’est fait trois fois bombardé par ses voisins, a-t-il répliqué ne serait-ce que par un pet étouffé ? Jamais, par contre il emploi tout son arsenal militaire contre ses propres citoyens. Ces citoyens du monde islamique qui sont à l’opposé de ces tyrans, les authentiques patriotes de leur pays !

Maudits Tatars et si les noms et les visages diffèrent au fil des siècles, leurs cœurs est un. Haine, rage, animosité, racisme envers tout ce qui est Musulman ou parait l’être ! Et Allah Exalté dis dans Son noble Livre dans la Sourate ad-Dariyat, verset 53 : « Est-ce qu’ils se sont transmis cette injonction ? Ils sont plutôt des gens transgresseurs. »

Les trois puissances au septième siècle de l’Hégire

Il y avait donc à la fin du septième siècle de l’Hégire, trois principales puissances sur la surface de la terre.
La puissance islamique à la prodigieuse histoire, une puissance reconnue et crainte mais traversant une période difficile. Une puissance qui malgré la faiblesse et les assauts répétés resta une puissance et continue de l’être. Tout le monde sait que le monde islamique, et peu importe son état de décrépitude, renferme en son sein une prodigieuse force qui peut se réveiller à tout moment et qu’il ne suffit que d’un individu capable de réunir les agents de cette force pour qu’elle s’épanouisse de nouveau et elle s’épanouira de toute manière peu importe le temps que cela prendra, l’injustice ne pouvant régner indéfiniment.

La seconde puissance est celle des croisés (salibiyine) et même s’ils étaient faibles et arriérés culturellement et scientifiquement par rapport aux Musulmans, ils étaient une force qu’il ne fallait pas sous-estimer à cause de leur grand nombre, de leur degré de haine et leur volonté de conduire jusqu’à la fin du monde la guerre contre les Musulmans et Allah Exalté, Gloire à Lui, a dit la vérité dans son Noble Livre dans la Sourate al-Baqarah, verset 217 : « Or, ils ne cesseront de vous combattre jusqu’à, s’ils peuvent, vous détourner de votre religion. »

L’Oummah Islamique et les croisés étaient donc les deux premières antiques puissances à cette époque et ils furent suivis par une troisième et nouvelle puissance, celle des Tatars. Une puissance sauvage et barbare sans histoire précédente, sans culture subitement apparue sans gens raisonnables ou religieux pour la guider et pour l’informer des autres nations ou du Maitre des Cieux et des Terres. Et c’était donc une obligation pour ces barbares sauvages de poursuivre leurs conquêtes jusqu’à ce qu’ils n’aient plus de concurrents et qu’ils soient les seuls à régner sur la terre.

L’alliance entre les Tatars et les croisés

Et il est aussi dans les règles qu’Allah Exalté à lui Les Louanges et la Gloire a décrété de faire qu’inévitablement ces trois puissances viennent à en découdre entre eux, de faire que ces puissances se défendent avec les moyens à leur disposition. Il est aussi des règles d’Allah Exalté que ceux qui n’ont aucune religion ne peuvent accepter d’avoir des gens faibles pour voisins et qu’ils ne leur fassent pas miséricorde
Et il est aussi des règles d’Allah que le faux et le mensonge et peu importe son image ou ses idéologies s’allient avec les gens du faux et du mensonge pour combattre la vérité tout en croyant qu’ils sont le contraire de ce qu’ils sont. Regardez par exemple toutes les sectes (chrétiennes ou autres), chacune s’estime être l’authentique secte comme les Mongols qui vinrent en paix pour prêcher la paix en exterminant la vie ! Peut-on être plus aveugle que cela ?
Et il est aussi des règles d’Allah que la guerre entre le mensonge et la vérité dureront jusqu’au Jour de Qiyamah.
Et si nous réunissons toutes ces règles, il est évident que nous devons nous attendre à des unions entre les Tatars, les croisés, les shiites, les ismaéliens et tous les adeptes du faux contre les Musulmans. Et selon ces règles, puisque les Musulmans ne sont unis à personne, ils sont donc les gens de la vérité tandis que ceux qui se sont unis entre eux pour les combattre sont les gens du faux parce que s’ils étaient autrement, il n’y aurait ni alliance et ni guerre et justement le fait que cette guerre est menée implacablement contre l’Islam et les Musulmans prouve chaque jour et un peu plus que l’Islam est réellement la religion révélée, vous comprenez on n’ira pas faire la guerre aux bouddhistes ou aux animistes ! Et puis qui se ressemble s’assemble, c’est bien connu.

Et c’est ce qui arriva puisque les croisés envoyèrent d’Europe un messager jusqu’en Mongolie qui couvrit 12 000 kilomètres pour l’aller simple et pour leur demander de razzier les Musulmans, de mettre fin au califat abbasside et de donner l’assaut sur Baghdad, la perle de l’orient à cette époque puisque les croisés n’étaient pas capable de le faire eux même et qu’ils faillirent pratiquement à toutes les croisades après leurs douloureuses batailles de Hattin et d’al-Arak. C’est pourquoi, ils envoyèrent ce messager pour leur dire qu’ils étaient prêts à fournir leur aide depuis leur royaume en terre musulmane pour écraser les Musulmans dans un étau et même si les historiens ont rapporté le refus des Tatars, ce qui me parait peu concevable puisque les Tatars attaquèrent le califat, on pourrait dire qu’ils sont tombés dans le piège des Chrétiens qui leur firent miroiter les richesses du Levant.

Et de cette entente entre les croisés et les Tatars sur plusieurs choses, ces derniers vont effectivement donner l’assaut avec leurs innombrables armées sur le lointain et riche monde islamique tandis qu’en Europe, les cloches sonneront de joie à l’idée du funeste trépas inespéré qui allait s’abattre sur les « infidèles ». Cependant, les croisés allaient eux même pâtir de leur alliance diabolique et dans un certain nombre de places, les Tatars allaient les combattre à leur tour mais à chaque fois que l’un d’entre eux faisait face aux Musulmans, ils s’alliaient de nouveau entre eux pour opposer un front unis contre les Musulmans.

Et pour donner quelques exemples d’alliance des forces du mensonge contre les Musulmans il y a celle des Juifs de Médine avec les polythéistes, pourtant diamétralement opposés, pour combattre le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) et bien qu’ils fussent convaincus que le Prophète était l’authentique envoyé du fait qu’il était décrit dans leur propre livre !
Puis les Perses et les Romains, bien qu’ils fussent arc-ennemis avec une profonde répulsion les uns pour les autres et qu’ils se livrèrent à un nombre incalculable de batailles, ils s’unirent pour combattre les Musulmans.
Puis les Juifs et les Anglais pour mettre fin au califat ottoman bien que ces derniers les aient expulsés d’Angleterre en 1290 suite à l’édit du roi Édouard I mais aussi pour l’occupation de la Palestine et bien que les Juifs firent sauter l’Hôtel David le 22 juillet 1946, le premier attentat terroriste de l’Histoire, qui visa les autorités britanniques et fit 92 victimes et 46 blessés.
Nous voyons aussi l’alliance entre la Russie et les Etats-Unis pourtant arc-ennemis dans leur guerre contre le « terrorisme » (lire Islam) résultant de leurs actions, ces derniers fermant les yeux sur les massacres dans le Caucase et la Russie fermant les yeux sur les massacres des nations alliées en Irak et en Afghanistan (40 nations officiellement et 120 officieusement).

Et la règle immuable de l’alliance des forces du mal contre les Musulmans se répètent et se poursuit tout au long du temps et il est totalement inconcevable pour les Musulmans de s’allier même avec les ennemis de leurs ennemis selon le dicton mécréant qui dit : « les ennemis de mes ennemis sont mes amis » et effet comment les Musulmans pourraient-ils s’allier avec des gens aux croyances diamétralement opposés, comment des monothéistes pourraient-ils s’allier avec des polythéistes d’autant plus qu’il n’y a aucune confiance à avoir en eux et que demain, ils redeviendront leurs ennemis.
Il se peut que cela puisse arriver et cela arrivera puisque le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah) nous a mentionné une (future) alliance avec les Chrétiens pour combattre un tierce ennemi mais qu’après cette alliance, ils trahiront (encore une fois et ce sera la dernière fois) les Musulmans. Si cela arrive, cela ne peut l’être pour un but déterminé et pour un temps limité sans aucune concession sur la religion islamique ou sur les droits inhérents des Musulmans. Cette alliance ne peut en aucun cas être permanente et oublier les mises en garde d’Allah Exalté qui a dit dans Son Noble Livre dans la Sourate al-Baqarah, verset 120 : « Ni les Juifs, ni les Chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi, jusqu’à ce que tu suives leur religion » et oublier qu’ils ont trahit leur engagements à 99,99% des cas.

Tout ça pour vous dire qu’après le départ du messager envoyé par les croisés, les Tatars pensèrent sérieusement à attaquer les terres d’Islam mais comme pour toute guerre, il faut un prétexte et si certains choisirent des tapettes a moucherons, d’autres de vrais-faux attentats ou des armes à destruction massive fantômes, les Tatars cherchèrent l’occasion qu’ils allaient leur être bientôt offerte sur un plateau en or. Et bientôt le monde islamique allait connaitre la stupéfaction et le malheur et Baghdad, la capitale du califat islamique, tombera après 500 années d’existence sous le courroux des sauvages Tatars.

Gengis Khan décide d’attaquer les terres islamiques

Gengis Khan décida de conquérir l’Irak et la première chose qu’il pensa fut de créer une arrière base sure de retrait entre la Mongolie et l’Irak pour ses armées et il choisit pour cela la région s’étendant sur l’Ouzbékistan et l’Afghanistan et considérant l’histoire passé et récente c’est comme si Allah Exalté avait voulait planter dans nos cerveaux la certitude qu’il n’y a pas de changement à Ses Règles et qu’elles sont immuables. Et si à l’époque cette région du Caucase était particulièrement riche que dire de nos jours ou des gisements fabuleux de gaz, de pétrole, d’or, de diamants, d’opium etc., ont été découverts.
Avez-vous entendu parler du tapis d’or ou du tapis de bombes proposé au Moullah ‘Omar d’Afghanistan qui avait éradiqué au plus grand dam des Américains la culture du pavot dans son pays ? Savez-vous qui sont les premiers trafiquants d’héroïne du monde et les premiers producteurs d’opium ?
Sachez en tout cas que les réserves du pétrole de la région sont bien plus riches que celle du Khalij et cette riche région était aussi à l’époque un des greniers de l’état islamique.

Gengis khan après avoir choisi son avant-poste pour étendre ses conquêtes, pensa à sécuriser ses arrières et dans ces régions se trouvaient des Musulmans qui pouvait entraver l’arrivée des renforts et la logistique c’est pourquoi, il décida d’éliminer toute potentielle menace pouvant venir de ces régions et parmi elle l’état du Khwarezm qui disposaient de larges villes. S’il pouvait détruire cette force et s’installer dans son territoire alors l’accès du siège du califat islamique lui serait ouvert.

Le Khwarezm était à cette époque un des plus larges états du monde islamique et englobait les pays islamiques d’Afghanistan, d’Ouzbékistan, du Turkménistan, du Kazakhstan, du Tadjikistan, du Pakistan et une très grande partie de l’Iran. Et la capitale de cet état était Ourjanda qui se trouve de nos jours au Turkménistan. La plupart de ces états furent occupés par l’Union soviétique avant de retrouver leur indépendance dans les années 1990 (EC).

Gengis Khan à cette époque était en très bon terme avec le roi de Khwarezm, Muhammad Ibn Khawarizm Shah et malgré cela Gengis Khan n’était pas un homme à tenir ses promesses et ses engagements mais il avait toutefois fait un traité avec Muhammad Ibn Khawarizm Shah afin d’être protégé de toute menace pouvant venir de ce côté et lorsqu’il conquit la Chine et que les croisés lui firent briller la razzia du califat islamique, il pensa à de nouvelle conquête, les conquêtes des terres islamiques oubliant ainsi le traité qu’il avait fait avec son voisin. Et ceci est une des caractéristiques des gens du mensonge puisqu’Allah Exalté, à Lui les Louanges et la Gloire a dit dans Son Noble Livre dans la Sourate al-Baqarah, verset 100 : « Faudrait-il chaque fois qu’ils concluent un pacte, qu’une partie d’entre eux le dénonce ? C'est que plutôt la plupart d'entre eux ne sont pas croyants. »

Le prétexte de la guerre

Même si la guerre était inévitable, il aurait fallu un prétexte pour annuler le traité et justifier la guerre mais Gengis Khan n’en trouva point cependant, il arriva un évènement imprévu dont il se servit de prétexte pour mener la guerre car de toute manière prétexte ou pas, ses armées étaient déjà sur le pied de guerre et cette dernière décidée.
Un groupe de commerçants mongols se rendit dans la ville d’Otrar à l’est du territoire de Khwarezm et proche de la frontière des Tatars et lorsque le gouverneur musulman de la ville les aperçu, il les fit arrêter et exécuter. Les historiens musulmans ne sont pas unanimes sur les causes qui le poussèrent et ont donné plusieurs raison pour l’explication de son acte.
Certains historiens ont dit qu’en fait, ils étaient des espions, oui parce que les espions n’ont pas tous des trenchcoats et des borsalinos et surtout de nos jours, ils ont mille et un déguisements à travers mille et une professions, de danseuse de cabaret aux (bons) samaritains en passant par les faux barbus de la mosquée vêtus de laine et au cœur de loups. Gengis Khan les envoya pour espionner l’état islamique sous la force de commerçants pour leur permettre d’aller à leur guise sans attirer l’attention. Il est classique que lorsque l’on veut mener une guerre, on recueille le maximum d’informations sur le pays que l’on veut attaquer.
D’autres ont dit que le gouverneur de la ville les a volontairement tués pour se venger d’exactions que les Tatars avaient commises sur des populations musulmanes en Transoxiane qui faisait partie du dominion de Khwarezm.
Certains ont dit que c’était un acte volontaire du gouverneur d’Otrar pour pousser les Tatars à la guerre et permettre à l’armée de Khwarezm de reprendre le Turkestan qui lui avait été annexé par les Tatars.
La raison ne peut admettre une telle version puisqu’il n’est rapporté nulle part que Muhammad Ibn Khawarizm Shah avait un intérêt quelconque dans la terre des Tatars. La seule chose importante pour lui était de conserver son territoire sans agression avec ses voisins et connaissant la force des Tatars qui étaient ses voisins immédiats, il est peu probable qu’il ait choisit ce prétexte suicidaire.
D’autres historiens ont rapporté que Shinjiz Khan envoya secrètement certains de ses hommes déguisés en Musulmans au Khwarezm pour tuer les commerçants mongols et créer ainsi les circonstances favorables pour la déclaration d’une guerre.

Des historiens ont aussi rapportés que le gouverneur d’Otrar exécuta les commerçants mongols pour s’approprier leurs biens et chaque historien est convaincu de sa propre raison mais au final, les espions ou les commerçants furent exécutés et les nouvelles parvinrent à Shinjiz Khan qui envoya un message à Muhammad Ibn Khawarizm Shah pour lui demander de leur remettre l’assassin pour qu’il soit exécuté à son tour.
Muhammad Ibn Khawarizm Shah prit cette lettre comme une agression envers la souveraineté d’un pays musulman et refusa de remettre un assassin musulman pour qu’il soit jugé dans un pays non musulman par des lois non musulmanes et répondit à Shinjiz Khan que le gouverneur serait jugé dans son pays, et s’il apparaissait après enquête que l’assassin était coupable, il serait punit dans son pays par la Shari’ah Islamique (dites, cela ne vous fait rien rappeler ? N’est-pas dans cette même région du monde que l’émir d’Afghanistan a refusé de remettre Oussama Ibn Laden, puisse Allah lui faire miséricorde, tant que les preuves de sa culpabilité ne lui serait pas fourni ?) Et c’est ainsi que cela se passe dans tous les pays du monde sauf dans les républiques fantoches de macaques qui n’ont aucun scrupule à vendre et remettre leur citoyen ainsi qu’à pervertir la justice pour satisfaire leurs maitres des véritables républiques bananières d’occidents.
Cependant Shinjiz Khan refusa car son plan était déjà fait comme pour la frappe d’Afghanistan et c’est pour cela que le prétexte devient alors secondaire, preuve ou pas preuve, qu’on s’est empressé de détruire et d’oublier. On restera certainement perplexe devant de telles similitudes.

Les Tatars attaquent le Khwarezm

Et ainsi les innombrables armées terrifiantes semblables à des nuages de locustes, les lourds bombardiers furtifs, prirent leurs essors vers le monde islamique après que le premier objectif du plan se trouva réalisé. C’est le Khwarezm qui subit le premier la vague déferlante du tsunami mongol commandé par Shinjiz Khan.
En l’an 616 de l’Hégire, 13 ans à peine après la fondation de l’état des Tatars et de la soumission de toute l’Asie, Shinjiz Khan attaqua l’état islamique de Khwarezm tandis que Muhammad Ibn Khawarizm Shah sortit à sa rencontre avec son armée et eut lieu une terrible bataille qui dura quatre jours entre les deux armées à l’est du fleuve Jayhoun ou le fleuve Syr Daria dans l’actuel Kazakhstan. Un très grand nombre d’hommes fut tués des deux côtés. 20 000 Musulmans trouvèrent le martyr et bien plus mordirent la poussière chez les Tatars mais jamais leur nombre ne diminua bien au contraire et les deux armées se séparèrent.
Réalisant que poursuivre le combat était inutile à cause du nombre infini des Tatars Muhammad Ibn Khawarizm Shah ordonna alors le retrait au survivant de son armée et se retira pour renforcer la garde de ses villes et particulièrement la capitale Ourjanda.
Muhammad Ibn Khawarizm Shah organisa le renforcement des fortifications et la défense de la ville en plaçant ses armées au point clef et il ne faut pas oublier que le Khwarezm s’était non seulement détaché du califat abbasside qu’il avait rendu extrêmement faible avec ses sultans déviants et corrompus et qu’il était en mauvais terme avec ses autres voisins musulmans, les Turcs, les Seljouks, les Gouriyine d’Inde. Le Khwarezm était donc totalement coupé du monde islamique et c’est seul qu’il fit face aux Tatars.

Et même si cet état était puissant et grand et resta ferme lors de la première rencontre avec Shinjiz Khan, il n’aurait pu résister aux assauts successifs des Mongols. La défaite des Musulmans ne fut pas dû au nombre des Tatars et le nombre ne fut jamais la cause d’aucune défaite dans l’histoire de l’Islam bien au contraire mais c’est la division dans les rangs des Musulmans et leur répugnance les uns pour les autres qui leur valut la défaite. Allah Exalté a Allah Exalté à fait de la division un facteur de la défaite et dit dans Son Noble Livre dans la Sourate al-Anfal, verset 46 : « Et ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez votre force. Et soyez endurants, car Allah est avec les endurants. »

Soyez donc persuadé que ceux qui ont ces caractéristiques ne se verront jamais accorder la victoire et vous avez vu avec nous tout au long de cette histoire que la première préoccupation des émirs musulmans, après la fin du règne des Califes Bien Guidés, qu’Allah soit satisfait d’eux, fut de s’entretuer entre eux. Malheureusement, il en sera de même sous la menace mongole et à chaque fois que les Musulmans obtinrent une trêve avec leur ennemi, ils reprendront leur passetemps favori, s’entretuer et il n’y a de force de de puissance qu’en Allah Exalté. A Lui nous sommes et à Lui nous reviendrons.

Voici ce qu’a rapporté Abou Daoud dans son Sounan et authentifié Sahih par le Sheikh al-Albani : «Souleyman Ibn Harb et Muhammad Ibn ‘Issa nous ont rapporté que Hamad Ibn Zayd a rapporté d’Ayyoub, d’Abi Qilabat, d’Abi Asma, de Thwaban que le Messager d’Allah (sallallahou ‘alayhi wa sallam) a dit : « Allah, Exalté, a plié pour moi la terre », ou il a dit (le narrateur a un doute) : « Mon Seigneur a plié la terre pour moi, au point que j’ai vu son orient et son occident (ses extrémités). Le royaume de ma Communauté atteindra aussi loin que là où la terre a été plié pour moi. Les deux trésors, le rouge et le blanc, m’ont été accordé. J’ai prié mon Seigneur afin qu’il ne détruise pas ma communauté par la famine (à savoir que la Oummah se soit pas exterminée par la faim), et qu’il n’en donne pas le contrôle à un ennemi qui ne soit pas des leurs qui les annihilerait en masse (qu’aucun non-musulmans, quel que soit leurs puissances, ne les extermine jusqu’au dernier). Mon Seigneur m’a dit : « O Muhammad, quand Je prends une décision, elle est définitive ; Je ne les (ta communauté) détruirai pas par la famine, et Je ne donnerai pas le pouvoir sur eux à un ennemi, excepté parmi eux-mêmes, qui les exterminera en masse, même s’ils se réunissaient contre eux (ou les encerclent) de toutes les parties du monde (si toutes les nations du monde s’unissaient pour détruire les Musulmans, ils failliraient et c’est une promesse d’Allah Exalté) ; mais c’est entre eux qu’ils se détruiront et se feront prisonniers. Je crains pour ma communauté ces leaders qui égarent. Et si le sabre est levée sur ma communauté, il ne sera pas retiré jusqu’au jour de la résurrection, et l’Heure Dernière ne viendra pas avant que des tribus de mon peuple ne rejoignent les polythéistes (combattent à leur côtés) et que des tribus de mon peuple n’adorent des idoles. Il n’y aura parmi mon peuple 30 menteurs et chacun affirmera être le prophète (d’Allah), alors que je suis le Sceau des Prophètes après lequel il n’y aura plus de prophète ; et une partie de mon peuple continue de se tenir à la Vérité (d’après la version d’Ibn ‘Issa : « continuera de dominer et ceux qui s’opposeront à eux ne leur causeront aucun mal, jusqu’à ce que l’ordre d’Allah arrive »). » Relisez une nouvelle fois ce Hadith.

Et si les Musulmans s’entretueront et se feront prisonniers, il n’y a donc pas à s’étonner s’ils seront vaincus par les armées des Tatars ou d’autres qu’eux.

Cependant si Muhammad Ibn Khawarizm Shah pensa à protéger sa capitale, il fit une erreur monumentale en laissant tout le reste du territoire sans protection. Comment un commandant militaire émérite ayant pour voisins des ennemis implacable peut-il laisser les frontières de son territoire sans protection ?
Ce n’était donc pas une erreur tactique mais une erreur personnelle et ce commandant a d’abord pensé à se protéger lui-même, son trône et celui de ses aïeuls, ses biens, sa famille et ses proches avant son peuple et combien de ces commandants, de ces émirs, de ces généraux, de ces rois et de ces présidents ont fait exactement la même chose au fil du temps et continu de le faire au quotidien et il me semble encore voir ces dix Boeings 747 saoudiens prêt à décoller avec leur singes dans toutes leurs parures et sur le point de s’enfuir avec leur famille quand Saddam attaqua le Koweït en 1980 et avant eux le roi du Koweït abandonnant son peuple !

La chute de Boukhara

En l’an 616 de l’Hégire, Shinjiz Khan réorganisa son armée et marcha sur Boukhara (dans l’Ouzbékistan actuel) après avoir traversé le Kazakhstan (3 millions de km²) sans marquer un arrêt ni même trouver sur son chemin une armée pour l’empêcher d’avancer et mit le siège sur la ville. Puis il demanda à la ville de se rendre en échange de leur sécurité tandis que Muhammad Ibn Khawarizm Shah était à des centaines de kilomètres de là dans sa capitale d’Ourjanda (eu Turkménistan actuel).
Les habitants de Boukhara se consultèrent et penchèrent pour deux choix : un groupe voulut combattre et défendre la ville, ce qui me parait la solution la plus honorable connaissant les mécréants tandis que le second groupe voulut se rendre et ouvrir les portes de la ville pour éviter le bain de sang, la pire solution à mon avis connaissant les mécréants. Et ainsi les habitants se divisèrent en deux groupes : un groupe de Moujahidine décidèrent de combattre et se retranchèrent dans la forteresse de la ville ou les rejoignirent les savants et le second groupe, les soumis, persuadés que les Tatars leur accorderaient la vie sauve, ouvrirent la porte à leurs ennemis.
Shinjiz Khan entra alors dans la grande ville et accorda aussitôt la sécurité aux habitants juste pour mettre la main sur le fortin de la ville qu’il assiégea aussitôt et, faites le rapport avec l’histoire actuelle, demanda aux musulmans de l’aider à combler la douve du fort pour lui faciliter l’assaut. Et ils lui obéirent, Louanges à Allah ! Et combien de Musulmans et d’armées musulmanes, communément appelés apostats dans le jargon juridique islamique combattirent dans les armées de mécréants contre leur « frères » un peu partout dans le monde, ci ne n’est partout ?
« Et l’Heure Dernière ne viendra pas avant que des tribus de mon peuple ne rejoignent les polythéistes (combattent à leur côtés), » Allah et Son Messager ont dit vérité !
Le fort fut assiégé durant dix jours et ouvert par la force. Quand Shinjiz Khan, malédiction d’Allah sur lui, entra, il tua tout ce qui s’y trouvait mais ce fut une fin honorable pour les assiégés tandis que ceux qui aidèrent les ennemis d’Allah ne cesseront d’avoir des remords.
Shinjiz Khan demanda au gens de lui ramener toutes les richesses de la ville, l’or, l’argent, les joyaux et l’argent qu’il prit pour lui puis sortit de la ville en la laissant à ses soldats qui commirent dans la ville ce que nul raison ne peut imaginer à moins d’être un Tatar ou un mécréant.
Et les gens de la ville moururent sur une double trahison, celle de leur frère avant d’être trahit à leur tour puisque Shinjiz Khan va dénoncer son engagement et ordonner le massacre de toutes les créatures vivantes. Y a-t-il une mort plus ignominieuse ? Qu’Allah nous préserve !

L’Imam Ibn Kathir, puisse Allah Exalté lui faire miséricorde, a rapporté dans al-Bidayah wal Nihayah : « Ils massacrèrent tellement de gens que seul Allah Exalté connait le nombre puis ils prirent prisonniers les femmes et les enfants qu’ils violèrent sous les yeux de leur époux. Femmes et filles furent violées devant leur époux, certains Musulmans tentèrent de défendre leur famille et furent exécutés et d’autres capturés et torturés des plus terribles manières .
Le pays se remplit de clameur de pleurs et de gémissements, de cris et d’hurlements, de sanglots et de hoquets sous la terrible vision de la sanglante réalité et les Tatars mirent alors le feu aux mosquées, les écoles, les hôpitaux, les librairies, les marchés, les dépôts, qui s’embrasèrent alors et effacèrent toute trace de vie et de civilisation de l’une des plus belles villes de l’époque. »
DOULEUR !

A Allah nous sommes et à Lui reviendrons ! Et il n’y a de force et de puissance qu’en Allah !
La grande ville, la ville de l’Imam al-Boukhari, puisse Allah lui faire miséricorde, disparut dans le brasier. Disparurent les Moujahidine qui bienheureux ne purent voir ce qui s’ensuivit et disparurent les soumis, les vaincus, sur le plus effroyable spectacle qui leur soit donné d’assister !

Boukhari et Mouslim ont rapporté d’Oumm al-Mou'minin Zaynab Bint Jahsh (qu’Allah soit satisfait d’elle) quelle demanda au Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) : « O Messager d’Allah, serons-nous détruit alors qu’il y a parmi nous des pieux ? » Il répondit : « Oui, si les péchés sont nombreux. »
Et al-Khabath (les péchés, le mal) étaient largement commis dans cette ville au point que les Musulmans n’étaient pas capable de se défendre, de défendre leur famille et leur honneur. Au point que les Musulmans prirent la parole de leurs ennemis pour véridiques. Au point que les Musulmans vendirent à leurs ennemis ceux d’entre eux qui avaient décidés de lever la bannière du Jihad. Et c’est un péché pour le Musulman de se diviser entre eux et de combattre leurs frères. C’est un péché pour les Musulmans de ne pas avoir recourt aux Lois d’Allah à Lui les Louanges et la Gloire et la Sounnah de leur Messager Muhammad (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) pour juger leurs différents entre eux.

Et si les péchés sont nombreux alors nul ne peut prévenir le châtiment de tomber sur ses épaules et si les péchés sont nombreux comment pourrions-nous alors lever les mains et demander assistance aux Maitre des Cieux et de la Terre que nous avons précédemment ignoré et oublié ?


L’année 617 de l’Hégire

Et en l’an 616 de l’Hégire, Boukhara fut rasée comme si elle n’avait jamais existé. Mais est-ce la fin de cette funeste histoire ? Est-ce la fin de la douleur et de la terreur ?
Non hélas, ceci n’est que l’introduction de l’histoire, un aperçu éclair d’une longue nuit qui allait tomber sur le monde islamique et l’endeuiller. Une courte introduction d’une longue histoire plus sauvage, plus barbare et plus sanglante.
Les Musulmans vont entrer dans l’année 617 de l’Hégire qui sera l’une des plus terrible et plus funeste année telle que l’Humanité n’a jamais connu de précédant. Une année que les Musulmans n’ont jamais connue de similaire (mais connaitront encore dans le futur comme en Algérie, en, Irak et ailleurs) depuis l’avènement du Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) jusqu’à nos jours.

Pour débuter cette année nous allons rappeler ce qu’a dit le savant Ibn al-Athir, qu’Allah lui fasse miséricorde, dans son al-Kamil fit-Tarikh et ce qu’il dit est de prime importance et a plus de valeur que n’importe quelle autre narration sur ce sujet puisqu’il était contemporain à ces évènements et celui qui a vu n’est pas comme celui qui a entendu ! Il dit pour introduction à l’histoire des Tatars : « J’ai hésité un certain nombre d’années à l’idée de rapporter ces évènements par respect pour eux, révulsé par leurs souvenirs. A chaque fois que j’avançais un pied, je reculais l’autre ». C’est à dire qu’il ne consigna pas l’histoire des Tatars en 616 de l’Hégire mais qu’il recula leur enregistrement année après année et ce n’est qu’après une longue période qu’il décida d’écrire cette histoire par respect et par répugnance à la pensée de celle-ci.
Puis il poursuit et dit cette terrible parole: « Qui oserait écrire la fin de l’Islam et des Musulmans … » Les évènements furent si traumatisants pour les Musulmans de cette époque qu’ils pensèrent que c’étaient la Fin et que le Jour de Qiyamah était imminent. Plus personne n’imaginait que la nation islamique existerait encore après ces évènements « … et qui penserait que ce soit aisé de le faire ? O mère puisses-tu ne jamais m’avoir donné le jour, ô puissè-je être mort avant cela et puissè-je être oublié. Cependant, un groupe de mes amis m’ont pressé à les enregistrer malgré mon hésitation et il m’est apparu que ne pas les rapporter ne serait pas utile… » C’est-à-dire, que cet enregistrement ne pourrait rien reculer ni avancer alors pourquoi ne pas l’écrire pour qu’elle bénéficie aux Musulmans.
Il poursuit : « mais nous disons que pour le faire cela implique se rappeler du plus terrible désastre et du plus grand malheur que les jours et les nuits successives ne peuvent produire de similaire qui toucha le monde et particulièrement les Musulmans. Et si quelqu’un disait, depuis qu’Allah Exalté à créer Adam jusqu’à maintenant nul n’a été éprouvé par quelque chose de semblable, il aurait été véridique. Nulle histoire n’a rapporté de semblables évènements et le pire qui n’a jamais été rapporté (dans l’histoire précédente) est ce que Boukhtanassar (Nabuchodonosor) fit au Bani Isra'il et la destruction de Bayt al-Moudaqqas. Mais qu’est donc Bayt al-Maqdis comparé à la destruction des pays par ces maudits, pays qui ont des villes bien plus vastes que Bayt al-Maqdis. Et que sont ceux les tués des Bani Isra'il par rapport à nos tués. » C’est-à-dire que les habitants d’une seule ville musulmane étaient plus nombreux que l’ensemble des bani Isra'il de l’époque.
Et Ibn al-Athir continue : « Peut-être le monde ne verra jamais plus ce genre de choses jusqu’à ce que la vie et le monde prenne fin, excepté pour Gog et Magog. Quant au Dajjal, il épargnera ceux qui le suivent et éliminera ceux qui s’oppose à lui mais ceux-là n’ont épargné personne. » Ibn al-Athir veut dire que pour lui la Fitnah du Dajjal est moindre que celle des Tatars mais Allah Exalté à lui les Louanges et la Gloire a bien dit que le Fitnah du Dajjal sera la pire des Fitnah que l’humanité ai connu ! Je n’ose imaginer ce qu’elle sera alors, qu’Allah nous préserve ! Et si Ibn al-Athir a dit cela c’est pour vous montrer la douleur et l’accablement que ressentaient les Musulmans de l’époque.
Puis, il finit disant : « Ils tuèrent les femmes, les hommes, les enfants, éventrèrent les femmes enceintes et tuèrent leur fœtus. Nous sommes à Allah et à Lui nous retournons et il n’y a de force et de puissance qu’en Allah le Très Haut, le Puissant.

C’était une partie de ce qu’a rapporté al-‘Allama Ibn Athir, des paroles pénibles et douloureuses et c’est ce qui fut ressenti dans le monde islamique dans son ensemble lorsque les gens apprirent ces terribles évènements tandis qu’en Europe les cloches des églises endiablées de frénésie sonnaient le glas des Musulmans (Voir notre Abrégé de l’Histoire des Abbassides, Volume II ou ces évènements ont été intégralement traduits).

Par Allah, je comprends parfaitement ce qu’a ressenti Ibn al-Athir car j’ai traduit un certains nombres d’évènements et je peux vous dire combien il est douloureux de le faire et j’ai aussi été peiné par les khawarijes sous les Omeyyade et en Afrique du nord, l’assassinat d’al-Houssayn (qu’Allah soit satisfait de lui), les shi’a, par Youssouf Ibn Hajjaj ath-Thaqafi, les zanj, les qarmates, l’impuissance des derniers califes abbassides, les Mouwahhidine, le ‘oubaydi juif, les ismaéliens, les croisades, les Tatars pour les évènements passés quant aux évènements récents, ils ne sont qu’une répétition du passé et je vous assure que pour brûler des tribus entières avec leur bétails dans des grottes ou raser des villages entiers avec des bombes au phosphore, il faut avoir un cœur de Tatar pour le faire.

Les prisonniers Musulmans

En l’an 617 de l’Hégire, après avoir stérilisé Boukhara de toute forme de vie et de culture, les Tatars se dirigèrent vers la ville voisine de Samarcande qui se trouve dans l’actuel Ouzbékistan en conduisant avec eux un grand nombre de Musulmans qu’ils traitèrent des plus indicibles manières et quiconque d’entre eux se fatiguait, trainait en arrière ou tombait malade fut exécuté et abandonné sur place si bien qu’en suivant les cadavres tombés on aurait pu deviner ou se dirigeait les maudits Tatars.
On pourrait se demander quelle utilité avaient les innombrables Tatars à conduire ces prisonniers à pied d’une ville à l’autre c’est parce qu’ils les utilisaient pour paraitre encore plus nombreux puisqu’ils donnaient à chaque groupe de dix prisonniers un étendard de manière que si quelqu’un les apercevaient de loin, il voyait une masse compacte de guerriers portant des étendards et cette technique psychologue pour terrifier l’adversaire fut utilisée dans toutes les campagnes des Tatars lorsqu’ils se déplaçaient d’une ville à l’autre.
Ils forçaient aussi les prisonniers à combattre pour eux et quiconque refusait ou paraissait faible était exécuté ainsi les prisonniers musulmans étaient forcés de combattre leur propre frère de force.
Les prisonniers musulmans étaient aussi utilisés comme bouclier humain comme le font les envahisseurs mais aussi les Tatars mécréants d’occident s’ils ont des Musulmans dans leurs armées ainsi de nombreux prisonniers musulmans d’Afrique du nord furent envoyés aux premières lignes à Mont Cassino et d’autre place pour épuiser les balles nazis. Ainsi lorsque les défenseurs musulmans couvraient de flèches les Tatars, c’est les prisonniers qui recevaient les flèches tandis que les Tatars tiraient leurs flèches derrière le dos des Musulmans.
Les prisonniers musulmans étaient aussi exécutés devant les portes des villes fortifiées pour semer la terreur dans le cœur des habitants et des défenseurs et pour leur faire comprendre que s’ils résistaient, ils seraient ainsi traités.
Et pour finir, les prisonniers musulmans pouvaient aussi être étaient échangés contre des prisonniers tatars mais ce fut un cas rarement observé du fait de rareté de leur défaites.

Samarcande

Samarcande avec ses nombreux forts et sa position stratégique était à cette époque une des plus belles et plus riches ville culturelles musulmanes avec plusieurs centaines de milliers d’habitants et une garnison d’environ 50.000 soldats qui ne levèrent pas le plus petit doigt paralysés d’effroi lorsque Shinjiz arriva et assiégea la ville de tous les côtés. Les soldats musulmans ne tentèrent même pas une sortie se raccrochant à la vie malgré l’inévitable fin qui les attendait.
Les gens se réunirent face à la crise et tentèrent d’éveiller les commandants de la garnison face à l’imminence de la situation mais ces derniers étaient déjà psychologiquement morts et défaits. Soixante-dix-mille gens honorables de la ville et avec eux les savants et les Fouqaha prirent les armes et sortirent à pied pour défendre leur ville et leur famille. Ces gens n’avaient auparavant jamais combattu ni n’avaient une quelconque expérience militaire mais ils firent ce que l’armée professionnelle enregistrée sur les Diwan (registres) et recevant un salaire de l’état aurait dû faire.
Lorsque les Tatars virent les gens sortirent, ils pensèrent à effectuer un retrait des murs de la ville pour inciter les gens à venir à eux et les couper de toute retraite. Ils reculèrent donc petit à petit, le temps de préparer des embuscades et leur stratégie fut payante car les Musulmans continuèrent d’avancer si bien qu’après un certain temps ils se retrouvèrent assez éloignés pour que les Tatars les encerclent dans un étau dont pas un seul s’échappa. Tous les Moujahidine, les savants et les Fouqaha, les gens nobles de la ville de Samarcande furent broyé les uns après les autres par cette impitoyable machine de guerre et c’est la meilleure fin qu’ils pouvaient espérer.
Soixante-dix-mille Musulmans furent éliminés au premier choc. Les habitants de Samarcande perdirent d’un seul coup 70 000 de leurs hommes ce qui est un nombre considérable. Pensez au nombre des 70 Compagnons (qu’Allah soit satisfait d’eux) qui furent tués lors de la bataille d’Ouhoud et aux 70 autres lors de la bataille de Bir Ma’ounah qui furent considéré comme des désastres pour les Musulmans et qui les peinèrent si lourdement que le Messager d’Allah (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) durant un mois fit des invocations contre les ennemis d’Allah.

Mais c’est tout à l’honneur de ces soixante-dix-mille Moujahidine d’être sortit pour défendre leur famille et leur bien qu’ils n’aient eu aucune expérience dans les affaires de la guerre face une armée si dense qui avait déjà avalée un certain nombre de nation. C’est un honneur pour eux de ne pas avoir craint les Tatars sachant que de toute manière leur terme avait déjà été décrété dans le Livre Préservé. Et au final, on pourrait dire que c’est normal qu’ils soient morts puisqu’ils sont sortis pour combattre mais hélas sans être préparé pour ce jour et sans avoir donné une éducation militaire à leurs enfants pendant ces quatorze années où ils eurent les Tatars pour voisins et les virent se rapprochés de jour en jour de leur frontière.

La destruction de Samarcande

Et les Tatars revinrent assiéger la ville tandis que la garnison décida de prendre une décision irréversible et de demander la sécurité aux Tatars en échange de l’ouverture des portes bien que sachant ce qui était arrivé à Boukhara et que les Tatars ne tiennent ni parole et ni engagement.
Les Tatars promirent donc la sécurité et les soldats musulmans ouvrirent les lourdes portes contre l’avis de toute la population civile qui fut impuissante à leur faire changer d’avis car ces soldats devinrent soudains comme des chiens enragés prêts à mordre les Musulmans si l’un d’entre eux oserait se lever contre leur volonté. Des chiens enragés contre leur peuple désarmé dire que cela est encore plus évident de nos jours et en direct sur les petits écrans de nos salons, la misère à domicile !
Les soldats ouvrirent donc les portes et sortirent soumis pour se rendre. Les Tatars leur demandèrent de remettre leurs chevaux, leurs armes, leurs réserves en échange de les laisser aller ce que ces lâches s’empressèrent de faire vous vous en doutez bien et lorsque cela fut fait et bien ils leur firent ce qui était inévitable et les passèrent par le sabre jusqu’au dernier d’entre eux et qui va les pleurer car ils n’ont fait que payer le prix de leur lâcheté.

Les Tatars entrèrent dans la ville et appliquèrent le même traitement qu’à Boukhara en stérilisant toute forme de vie et toutes les créatures vivantes furent tués comme si elles n’avaient jamais existée. Point n’est la peine de vous dire les amères ricanetées qu’ils firent aux femmes et aux enfants avant de les achever. Point n’est la peine de vous dire comment ils torturèrent les gens pour leur faire faire avouer ou leurs bien étaient cachés. Puis après avoir amassé toutes les richesses de la ville, ils la détruisirent et l’incendièrent pour la purifier.

Et bien que les Musulmans entendirent parler de leurs diaboliques exploits, aucune armée ne marcha à leur rencontre. C’est comme si le monde islamique dans sa totalité fut soudain paralysé et sombra dans la torpeur incapable de réagir exactement comme pour les mêmes crimes commis par les Tatars serbes contre les « Musulmans » bosniaques et que pas la moindre nation musulmane ne leva le doigt si ce n’est pour aider leurs ennemeis. O Grand Seigneur, quelle source de remord cela sera pour eux le jour des comptes !

Pourquoi les Musulmans sont-ils restés divisés et ne se sont pas unifiés devant cette menace sans commune mesure ? Parce qu’aucun d’entre eux ne voulut perdre le lopin de terre qu’il gouvernait. Parce que tous pensaient être à l’abri dans le confort de leur petit palais jouissant des délices dans le monde qu’ils s’étaient fabriqués, coupés de la réalité et des populations civiles qu’ils considéraient comme de la lie. Parce qu’ils étaient aveugles au point de ne pas voir que les Tatars ou autres se rapprochaient chaque jour d’eux et qu’ils étaient les suivants sur la liste. Parce qu’ils s’entourèrent de gens vils et corrompus comme eux qui les laissaient végéter dans leurs paradis artificiels.
O Bayt al-Maqdis, ô Gharnata, ô Baghdad, ô Alger, ô Sarajevo, ô Srebrenica, ô Falloujah, ô Kaboul, ô Damas…
Parce que tous n’étaient pas concerné par leurs voisins avec qui ils entretenaient des relations inamicales et qu’ils se croyaient à l’abri intouchables.
Et bientôt c’est tous les Musulmans qui allaient souffrir de leurs nonchalances et tous allaient être touchés par le mal gangréneux qui s’étendait petit à petit au reste du corps. Tous les Musulmans allaient bientôt être affectés par la perte d’un parent, d’un proche, d’une famille et d’une tribu entière.

La fuite de Muhammad Ibn Khawarizm Shah

Shinjiz Khan, malédiction d’Allah sur lui, resta près de Samarcande et chercha une solution pour éliminer Muhammad Ibn Khawarizm Shah, le gouverneur du Khwarizm car si ce dernier était éliminé, il ne pourrait plus organiser la défense du pays et laisserait le pays libre aux Tatars. Il envoya donc 20 000 de ses cavaliers à sa recherche et leur dit : « Cherchez-le ou qu’il soit et ramenez le moi-même s’il s’accrochait au ciel. »
Le fait qu’il envoya seulement 20 000 cavaliers pour cette expédition malgré leur innombrable nombre n’était qu’une moquerie envers Muhammad Ibn Khawarizm Shah et son peuple quand des millions de Musulmans n’étaient pas capable de se défendre.

Les Tatars se dirigèrent donc directement vers la capitale du Khwarezm Ourjanda qui se trouvait sur la rive ouest du fleuve Jayhoun ou l’Amou Daria ou ils arrivèrent quelques temps plus tard du côté de la rive orientale et seul le fleuve protégeait pour l’instant les Musulmans des Tatars qui n’avait pas de navires pour traverser.
Les Tatars coupèrent un grand nombre d’arbres qu’ils élaguèrent et attachèrent en eux pour faire des radeaux qu’ils couvrirent de cuir de vache et sur lesquels ils placèrent toutes leurs armes et leurs provisions. Puis ils mirent à l’eau leurs montures et s’accrochèrent à la queue de leur montures pour traverser le fleuve et ainsi ils le franchirent. On peut se demander où étaient les gardes de Muhammad Ibn Khawarizm Shah puisque par l’un d’entre eux ne les vit et les Musulmans furent stupéfiés de voir soudain les Tatars sous leurs murs.
Et bien qu’ils fussent en nombre considérables, les Musulmans furent pétrifiés lorsqu’ils virent les Tatars et la paralysie gagna leur raison puis leurs membres convaincus qu’ils étaient à l’abri protégés par le fleuve.
Dès lors, il ne resta qu’une seule solution aux Musulmans, pensez-vous le combat ? Et bien pas du tout, la soumission alors ? Non plus.
Muhammad Ibn Khawarizm Shah s’enfuit avec ses soldats et ses proches en prenant bien soin d’emporter tout ce qu’il lui serait utile et abandonna son peuple aux mains des Tatars.

Muhammad Ibn Khawarizm Shah s’enfuit à Nishapour en Iran actuelle et passa d’un état à l’autre tandis que les soldats se disséminèrent dans toutes les directions et il n’y a de force et de puissance qu’en Allah le Très Haut.
Les Tatars qui avaient pour ordre de capturer Muhammad Ibn Khawarizm Shah partirent aussitôt à sa poursuite vers Nishapour et ils traversèrent les états islamiques les uns après les autres bien qu’ils ne soient que 20 000 si sur d’eux qu’ils étaient tandis que Shinjiz Khan était resté avec le gros de l’armée à Samarcande.
Pourquoi les Musulmans n’ont-ils pas profité de l’occasion et assaillit ce petit détachement quelques part dans un endroit idéal pour tendre une embuscade à la place de les laisser aller librement. Ou étaient les armées chargées de la garde des frontières ? Ou étaient les armées régulières ? Mais comme les armées de Saddam, elles disparurent sans tirer le moindre caillou comme si elles n’avaient jamais existée et les Tatars à leur guise traversèrent les territoires islamiques comme s’ils étaient chez eux en Mongolie.

Quant à l’armée mongole, elle prit consciencieusement ses ordres à la lettre et ne perdit pas de temps à massacrer, détruire et amasser le butin mais elle poursuivit Muhammad Ibn Khawarizm Shah sans relâche et les Musulmans ne se mirent pas en travers de leur route pour éviter leur mal si bien qu’ils arrivèrent rapidement près de la grande ville de Nishapour et lorsque Muhammad Ibn Khawarizm Shah apprit que les Tatars étaient sur ses talons, il quitta aussitôt le ville et se dirigea vers Mazindran (Mazandaran en Iran actuelle). Les Tatars ayant appris sa destination, partirent de nouveau à sa poursuite sans même entrer dans Nayssabour.
Puis de Mazindran, Muhammad Ibn Khawarizm Shah partit pour ar-Rayy, puis à Hamadan toujours poursuivit par les Tatars avant de revenir vers Mazindran pour la seconde fois. Une fuite humiliante mais c’est un mot que les lâches ne connaissent pas. Puis il quitta Mazindran pour le Tabaristan, une ville sur les rives de la Mer de Khazar, Bahr Qazouine ou la Mer Caspienne.

Le héros, l’émir, le sultan de la grande dynastie et du grand état de Khwarizm qui avait été si dur jadis envers ses voisins musulmans Muhammad Ibn Khawarizm Shah trouva un navire sur lequel il s’embarqua et qui leva aussitôt l’ancre et lorsque les Tatars arrivèrent sur les rives, ils ne trouvèrent pas d’embarcations pour partir à sa poursuite et le chef musulman réussit à s’enfuir.
Son navire débarqua sur une petite île de la Mer caspienne ou le roi de Khwarezm, qui après avoir dirigé un des plus vastes état et manipulé des sommes faramineuses, trouva refuge dans un fort où il vécut de la manière la plus affligeante après avoir vécu de la manière la plus opulente pour échapper momentanément à la mort certaine qui l’attendait.

A suivre…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TOP