Du siège et de la destruction du fort de Tour par les croisés

 

Lorsque les croisés eurent campé dans la plaine d’Acre, ils firent leurs préparatifs et emportèrent avec eux leur équipement de siège comme les trébuchets et autres, et se rendirent au fort de Tour qui était une forteresse récemment construite par al-‘Adil au sommet d’une colline près d’Acre qu’ils assiégèrent et assaillirent puis gravirent la colline jusqu’à ce qu’ils atteignent la paroi. Cependant, ils faillirent car il arriva qu’un des défenseurs musulmans tua un certain prince des croisés de sorte qu’ils abandonnèrent le château et repartirent vers Acre après dix-sept jours de siège. Après leur départ de Tour, ils restèrent un petit moment, puis se rendirent par mer en Egypte, comme nous allons le raconter, si Allah Tout Puissant le veut. Al-Mou’azzam se rendit alors à Tour qu’il rasa jusqu’aux fondations car la forteresse était dans le voisinage d’Acre et difficile à tenir.

 

Comment les croisés assiégèrent Damiette et sa chute

 

 

Comment les Musulmans reprirent Damiette aux croisés

 

 

 

 

 

 

 


Chapitre Six

 

De l’année 617 de l’Hégire (1220)

 

De l’irruption des Tatars dans les terres d’Islam

 

Pendant plusieurs années, j’ai continué à éviter la mention de cette catastrophe qui m’horrifia et que j’étais peu enclin à raconter. J’avançais une étape en avant puis une autre en arrière. Qui donc pourrait trouver facile d’écrire la nécrologie de l’Islam et les Musulmans ? Pour qui serait-il insignifiant d’en faire l’exposé ? Oh, puisse ma mère ne m’avoir jamais enfanté ! Oh, puis-je avoir été mort avant qu’elle ne se produit et être une chose oublié, totalement oublié ! Cependant, un groupe d’amis m’exhorta à l’enregistrer mais j’hésitais. Je vis ensuite que négliger son rapport ne serait d’aucune utilité mais nous affirmons toutefois que le faire consiste à raconter la plus terrible catastrophe et le plus grand malheur que le passage des jours et des nuits ne peuvent produire de semblable. Il concerne tous les hommes mais affecta particulièrement les Musulmans.

Si quelqu’un venait à dire que, depuis la création d’Adam (paix sur lui) par Allah Exalté à Lui la Puissance et la Gloire, jusqu’à présent, jamais l’humanité n’a été affectée par quelque chose de comparable, il aurait dit la vérité. Les livres d’histoire ne contiennent pas quelque chose de semblable ou quelque chose qui s’en rapproche.

L’un des plus grands désastres qu’ils mentionnent est ce que Nabuchodonosor a fait aux Banou Isra'il, leur massacre et la destruction de leur temple al-Haykal. Qu’est donc Bayt al-Maqdis par rapport aux terres que ces maudits détruisirent où chaque ville est plusieurs fois supérieure à Jérusalem ? Et que sont les Banou Isra'il par rapport à tous ceux qu’ils massacrèrent ? Et la plus petite ville dont ils tuèrent ses habitants, ces derniers étaient  bien plus nombreux que tous les Banou Isra'il réunit. Peut-être que l’humanité ne verra plus une telle calamité, en dehors de Gog et Magog jusqu’à ce que le monde touche à sa fin et que toute vie cesse.

Quant à l’Antéchrist, il ménagera ceux qui le suivront et détruira ceux qui s’opposent à lui tandis que ceux-ci n’épargnèrent personne. Au contraire, ils massacrèrent les hommes, les femmes et les enfants et allèrent jusqu’à éventrer les femmes enceintes pour tuer aussi les fœtus. À Allah nous appartenons et à Lui retournons. Il n’y a de Puissance et de Force qu’en Allah le Très Haut, le Tout-Puissant.

Il s’agit d’une calamité dont les étincelles se propagèrent au loin et au large et dont les dégâts embrassèrent toute chose. Les Tatars se répandirent à travers les terres comme un nuage poussé par le vent, un peuple sortit des confins de la Chine qui se dirigea vers les villes de Transoxiane, Samarcande, Boukhara et autres et qui traitèrent leurs habitants de la manière que nous allons vous rapporter. Ensuite, un groupe d’entre eux traversa pour le Khorasan qu’ils conquirent, détruisirent, massacrèrent et ravagèrent systématiquement et minutieusement avant de passer à Rayy et Hamadan, les Hautes Terres et toutes les villes jusqu’à la frontière de l’Irak. Par la suite, ils attaquèrent l’Azerbaïdjan et Arran qu’ils ruinèrent et dont la plupart des gens furent massacrés. Seuls quelques rares fugitifs survécurent et tout cela fut accompli en moins d’une année. Rien de similaire n’avait jamais été entendu.

Quand ils eurent fini avec l’Azerbaïdjan et Arran, ils procédèrent à Darband, Shirwan dont ils prirent les villes et seule la citadelle où se trouvait leur roi fut sauf. De là, ils pénétrèrent les terres des Alains, des Lakzr et des divers peuples de cette région qu’ils massacrèrent systématiquement, pillèrent, ravagèrent et détruisirent. Ensuite, ils attaquèrent la terre des Qafjaq (Kiptchak), certains des plus nombreux Turcs, et tuèrent tous ceux qui leur résistèrent. Le reste s’enfuit dans les bois et les sommets des montagnes, abandonnant leurs terres, que les Tatars saisirent. Ils réalisèrent tout ceci en un temps record et ne s’attardèrent pas plus que le temps nécessaire à franchir les distances et rien de plus.

Un autre groupe, différent de celui-ci, alla à Ghazna, ses dépendances et les terres voisines de l’Inde, du Sijistan et de Kirman ou ils pénétrèrent et procédèrent de la même manière sinon pire.

 

Rien de semblable n’a jamais été rapporté auparavant. Alexandre, reconnut par les historiens à avoir conquis le monde, ne le conquit pas avec cette rapidité mais en une dizaine d’années et ne tua personne. Il accepta simplement l’allégeance des gens tandis qu’en environ un an, ces hommes conquirent la plupart de la terre connue, sa partie la plus juste, la plus civilisée et peuplée par des habitants les plus équitables dans les mœurs et la conduite. Dans les terres ou ils n’étaient pas encore parvenues, il n’y avait personne qui n’était pas terrifié par eux, les attendant et guettant leur arrivée.

Les Tatars n’avaient pas besoin de vivres et de denrées alimentaires car ils étaient accompagnés par leurs moutons, leurs bovins, leurs chevaux et d’autres animaux de bât dont ils consommaient leur chair et rien d’autre. Les animaux qu’ils montaient creusaient la terre avec leurs sabots, mangeaient les racines des plantes et ne connaissaient rien de l’orge. Ainsi, quand ils campaient, ils n’avaient nul besoin.

 

Quant à leur religion, ils se prosternaient devant le soleil à son lever et rien n’était rituellement interdit. Ils mangeaient tous les animaux, même les chiens, les porcs et d’autres. Ils n’avaient aucune notion de mariage. Toutes les femmes étaient visitées par plus d’un homme et tout enfant qui naissait ignorait son père.

 

Pendant cette période, l’Islam et les Musulmans furent éprouvés des malheurs qu’aucune communauté n’a jamais éprouvés. Par exemple, ces Tatars, qu’Allah les maudisse, apparurent de l’Est et commirent des méfaits qui horrifièrent tous ceux qui ont entendirent parler d’eux[1]  et qui seront mentionnés en temps voulu, si Allah le veut. Puis il y eut l’arrivée (non fortuite) des croisés, qu’Allah les maudisse aussi, de l’ouest de la Syrie, leur attaque sur l’Egypte et leur prise du port de Damiette. L’Egypte, la Syrie et d’autres endroits furent sur le point de tomber entre leurs mains n’était-ce la grâce d’Allah Tout Puissant et Son aide contre eux, ce que nous avons rapporté sous l’année 614 de l’Hégire (1217).

 

Un autre malheur est que ceux qui échappèrent à ces deux hordes étaient à couteaux tirés entre eux et leurs dissensions faisaient rage. Nous avons aussi parlé de cela. En vérité, nous appartenons à Allah et à Lui retournons.

Nous prions Allah Exalté d’accorder Son aide à l’Islam et les Musulmans car il n’y a personne pour aider et défendre l’Islam. « Et lorsqu’Allah veut [infliger] un mal à un peuple, nul ne peut le repousser : ils n’ont en dehors de lui aucun protecteur. » (Qur’an 13/11)

Et c’est seulement en raison de l’absence d’un solide défenseur que la cause des Tatars prospéra.

La raison pour laquelle une telle personne fit défaut est due au fait que Khwarizm Shah Muhammad prit le pouvoir des terres de ses voisins dont il tua et élimina tous leurs princes. Il devint ainsi le sultan incontesté de toutes ces terres et quand il fut vaincu par les Tatars, il ne restait plus personne qui aurait pu leur résister ou défendre les terres « afin qu’Allah accomplisse ce qui était destiné. »

 

Il est temps maintenant pour nous de rapporter le début de leur irruption dans les terres.

 

(J’en profite pour préciser que je n’ai pas traduit les affaires internes des Musulmans entre eux ni même l’Histoire de Khwarizm Shah Muhammad et comment il conquit les terres de ses voisins. Je pense que cela est relatif à toutes les dynasties musulmanes et aussi à toutes les nations du monde de vouloir prendre les terres de leurs voisins, soit pour se préserver de leur maux ou tout simplement pour avoir plus de revenus dans les caisses.

 

 

De l’irruption des Tatars dans le Turkestan et la Transoxiane et ce qu’ils y firent

 



[1] Excepté les mécréants qui se réjouirent du malheur des Musulmans.