L’arrivée d’Abou ‘Ali Ibn ‘Abdel Wahid en Andalousie

 

Le mercredi 2 du mois de Rabi’ Awwal, l’émir envoya cinq-cents cavaliers pour aller raser Ecija et ses environs.

Ce même jour arrivèrent au camp l’émir Abou ‘Ali ‘Omar Ibn ‘Abdel Wahid venant du Maghreb, accompagné d’un grand nombre de guerriers, de volontaires, de cavaliers et de fantassins parfaitement armés et équipés ainsi que le Faqhi al-Qassim, fils du Faqhi Abou al-Qassim al-‘Azfi, avec cinq-cents arbalétriers de Ceuta. L’émir des Musulmans se réjouit beaucoup de l’arrivée de ces renforts, et il donna ordre à l’émir Mouhalhal Ibn Yahya al-Khoulthi de choisir mille cavaliers arabes des Bani Khilouth pour aller piller Xérès et l’encercler pendant la nuit, de façon que personne n’en sorte pour l’approvisionner. Dès ce moment, les Bani Khilouth encerclèrent la place nuit et jour.

 

Le jeudi 3, l’émir Abou Youssouf donna à son petit-fils, Abou ‘Ali Ibn ‘Abdel Wahid le commandement de mille cavaliers pour ravager le pays des mécréants. Ils partirent du camp au lever du soleil et marchèrent jusqu’au fort al-Milhah où ils s’arrêtèrent pour donner la ration aux chevaux avant de repartir vers Qal’ah Jabir ou ils arrivèrent le lendemain matin et campèrent jusqu’à la nuit. Ils marchèrent ensuite le tiers de la nuit et arrivèrent à l’Oued Loukka où ils demeurèrent jusqu’au jour. Alors Abou ‘Ali, aussitôt après avoir fait sa prière, partagea sa troupe en deux corps, un qu’il garda avec lui et  divisa l’autre en deux groupes. Le premier alla jusqu’à la porte de Marshanah renversant tout sur sa route tandis que l’autre marcha vers Carmona, suivit de près l’émir Abou Hafs qui s’arrêta devant le fort défendu par trois-cents croisés environ, auxquels il livra un sanglant combat, et Allah Très-Haut lui donna la victoire. Les Musulmans entrèrent dans la place, massacrèrent la garnison et pillèrent tout ce qui pouvait l’être avant de raser le fort et revenir victorieux, avec ses prises, jusqu’à l’Oued Loukka où il rallia le reste des troupes rentrait de Marshanah.

Le lendemain matin, il rentra au camp et l’émir des Musulmans Abou Youssouf se réjouit de son retour et le félicita.

 

Le samedi 5, l’émir des Musulmans monta à cheval après avoir fait sa prière du Zouhr et se présenta devant Xérès, où il engagea un sanglant combat. Les Musulmans incendièrent les jardins, tuèrent plus de sept-cents croisés et ne perdirent qu’un seul homme.

 

Le mercredi 9, l’émir des Musulmans donna à son fils Abou Mahrouf, le commandement de mille cavaliers avec ordre d’aller saccager les environs de Séville. Ce même jour, quelques Arabes des Bani Khilouth mirent à sac un fort des environs de Xérès tandis que les archers et les guerriers de Ceuta attaquèrent une forteresse où ils massacrèrent la garnison et firent prisonniers les prêtres chez qui fut trouvé une grande quantité de monnaie musulmane d’or qui fut ramenée à Abou Youssouf.

D’un autre côté, quelques chefs andalous donnèrent l’assaut sur un fort de croisés qu’ils anéantirent et où ils trouvèrent une grande quantité d’arcs et de munitions de guerre.

 

L’émir Abou Mahrouf se mit en marche avec la cavalerie et son père l’émir des Musulmans, l’accompagna à cheval pendant quelque temps et le congédia en lui recommandant bien de craindre Allah Exalté, qu’il fut seul ou en public, d’être calme, patient et résigné.

L’émir Abou Mahrouf marcha tout le jour et ne fit halte qu’au Jabal Ahriz pour faire sa prière de ‘Asr puis remonta à cheval et ne s’arrêta que le soir à l’Oued Loukka pour nourrir les chevaux avant de repartir et marcher toute la nuit pour atteindre au matin, la forteresse d’Ayn as-Sakhrah, où il se reposa jusqu’à l’heure de ‘Asr.

Le lendemain matin, il atteignit al-Qila’ ou il réunit les Sheikhs de sa troupe et, sur leur avis, cinq-cents cavaliers partirent aussitôt dans la direction de Séville, tandis que lui-même, à la tête des autres, déploya ses étendards et suivit leurs traces doucement.

A la vue du premier corps de cinq-cents cavaliers, les croisés sortirent de Séville en grand nombre, cavalerie et infanterie, pour les combattre mais dès qu’ils eurent aperçu l’étendard victorieux qui guidait le second corps de cavalerie, ils prirent la fuite et rentrèrent en toute hâte dans leur ville, dont ils fermèrent les portes et où ils se retranchèrent derrière leurs fortifications.

L’émir Abou Mahrouf s’arrêta alors à une distance convenable pour être à l’abri des flèches ennemies, et donna ordre à ses soldats de saccager les environs, d’incendier les moissons et de détruire les habitations. Il resta lui-même posté ainsi en face de la porte de Séville, jusqu’à ce que les Musulmans eussent achevé leur œuvre de destruction et l’eussent rallié. Le tambour battait sans cesse pour épouvanter les ennemis. Les Musulmans firent un immense butin et tuèrent plus de trois-mille croisés, le jour anniversaire de la naissance de notre prophète Muhammad, qu’Allah le comble de bénédictions, et revinrent au camp chargés de butin.

 

Le mardi 15 du mois de Rabi’ Awwal, l’émir des Musulmans envoya son petit-fils Abou ‘Ali ‘Omar ‘Abdel Wahid, avec un corps de mille archers de Ceuta, de mille Masmoudah et volontaires, accompagnés de mulets chargés de haches, de lances et d’arcs, pour attaquer un fort situé à une dizaine de kilomètres du camp, où l’ennemi coupait la route aux Musulmans isolés.

Abou ‘Ali, aussitôt arrivé, combattit les croisés qui firent preuve de courage et de résignation et qui avaient placé leurs hommes et leurs arbalétriers sur toutes les parties du fort, en haut et en bas. L’émir descendit de cheval, prit son bouclier et s’élança lui-même à pied, combattant de sa propre main, entouré des cavaliers arabes qui avaient imité son exemple, suivi des archers de Ceuta et des Masmoudah. Ils entrèrent dans le fort, tuèrent la garnison et s’emparèrent de tout ce qu’ils trouvèrent, armes, bagages, provisions et farines avant de retourner au camp le même jour, après avoir rasé le fort jusqu’à ses fondations. Quant à l’émir Abou Youssouf, il s’était porté devant Xérès où il soutint un combat sanglant avec les croisés de la ville qui avaient fait une sortie avec toutes leurs forces, cavaliers, fantassins et archers. Les arbalétriers musulmans les criblèrent de traits et les cavaliers des Bani Marine et des Arabes achevèrent de les mettre en déroule et tuèrent un grand nombre d’entre eux devant la porte même de leur ville.

 

Le jeudi 17, l’émir des Musulmans monta à cheval avec toutes ses troupes et marcha vers une forteresse connue sous le nom de Maniqout, située à environ douze kilomètres du camp, et qui était gardée par un grand nombre de croisés, qui s’étaient voués à la guerre et se tenaient prêts à l’attaque. Les Musulmans leur livrèrent un sanglant combat, où les arbalétriers se distinguèrent et tuèrent environ soixante hommes et, ayant réussi à accéder dans la partie inférieure, ils réunirent des combustibles et mirent le feu. L’incendie dévora le fort jusqu’au lendemain vendredi vers midi ou les croisés, vinrent se constituer prisonniers aux Musulmans, qui détruisirent les dernières ruines du fort et, après avoir dévasté la campagne environnante, ils revinrent au camp.

 

Le samedi 19, ‘Abd ar-Razzaq al-Batawi vint au camp pour annoncer à l’émir des Musulmans l’arrivée prochaine de son fils Abou Ya’qoub, qu’il avait laissé dans la ville d’Ibn Salim, campé dans une plaine trop étroite pour le nombre de ses troupes et ajouta qu’Abou Ya’qoub avait livré combat contre les croisés de la ville d’Ibn Salim et avait tué un grand nombre d’entre eux. Les Musulmans se réjouirent beaucoup en entendant ces nouvelles, et le Sheikh Abou al-Hassan ‘Ali Ibn Zijdan sortit aussitôt, pour aller au-devant des nouveaux arrivants, avec un détachement des Bani ‘Askar.

 

 

L’arrivée en Andalousie d’Abou Ya’qoub

 

 

 

Sancho demande la paix

 

Lorsque l’émir des Musulmans, pressé par l’hiver, eut décidé de s’en retourner chez lui, Sancho, le roi des croisés, sortit de Séville pour aller à Xérès et vit les ravages, il envoya une députation composée de prêtres, de religieux et des principaux chefs, au camp de l’émir des où ils arrivèrent humbles, craintifs et soumis, pour implorer la paix mais l’émir ne voulut ni entendre leurs discours, ni leur adresser un seul mot, et ils s’en retournèrent humiliés vers celui qui les avait envoyés. Cependant, Sancho leur ordonna de renouveler leur ambassade dans l’espérance d’un meilleur succès. Ils revinrent donc vers l’émir qui leur dit :

- « Je ne ferai point la paix avec votre roi hormis sous les conditions que je lui enverrai dans un traité, par un de mes officiers. S’il les accepte, je lui accorderai le salut sinon je continuerai à lui faire la guerre ». Alors il fit appeler le Sheikh Abou Muhammad ‘Abdel Haqq, l’interprète, et lui dit :

- «Va-t’en chez ce maudit, et informe le que je ne lui accorderai ni paix, ni repos, si ce n’est aux conditions que voici : Rien ne devra empêcher les Musulmans de circuler librement dans le pays chrétien et naviguer dans tous les ports. Aucun Musulman ne devra être inquiété ni sur terre ni sur mer, qu’il s’agisse de mes sujets ou de tous les autres Musulmans. Le roi Sancho sera sous ma suzeraineté et soumis à mes ordres sans restriction. Les Musulmans voyageront et commerceront librement, nuit et jour et en tous lieux, sans être inquiétés ni empêchés, ni soumis à aucune taxe ou impôt, ni quelconque paiement d’un dinar ou d’un dirham. Le roi Sancho ne se mêlera même pas d’un mot des affaires des Musulmans et ne fera la guerre à aucun d’entre eux ».

Abou Muhammad ‘Abdel Haqq partit pour délivrer le message de l’émir des Musulmans, et trouva Sancho de retour à Séville, qu’Allah Exalté la rende à l’Islam, à qui il communiqua les paroles de l’émir et ses conditions, qu’il agréa et accepta. Abou Muhammad ‘Abdel Haqq lui dit alors :

- « O roi ! Tu t’es soumis au traité mais écoute bien mes conseils ».  Parle, lui répondit Sancho. ‘Abdel  Haqq reprit donc :

- «  O roi ! L’émir des Musulmans Abou Youssouf est l’ami et le garant de la religion, il est fidèle à sa parole lorsqu’il promet et il oublie généreusement les injures passées. Mais toi, nul ne connaît ton caractère autrement que par ta conduite envers ton père, conduite indigne qui te fait tenir en suspicion par tout le monde.  Si tu sers fidèlement l’émir des Musulmans, je te promets que tu obtiendras de lui tout ce que tu voudras. La première chose que tu devras faire c’est de ne pas te mêler, même d’un mot des affaires des Musulmans, laisse-les voyager et commercer partout où bon leur semblera. Si Ibn al-Ahmar te fait des propositions d’alliance, repousse-les et éloigne-toi de lui et s’il t’envoie des messages, ne les reçois point. Ainsi tu seras agréable à l’émir des Musulmans, qu’il te laissera la paix et t’aidera à défendre tes frontières ».

Sancho consentit à signer la paix en présence de l’émir des Musulmans et lui dit :

- « Ne crois pas que je sois venu de plein gré te faire soumission. Je ne suis venu à toi que malgré moi, parce tu as ruiné mes états et massacré mes guerriers et que je suis sans forces et sans puissance pour te combattre et me mesurer avec toi. Maintenant j’obéirai à tes ordres et j’accepte toutes tes conditions dans l’espérance de la paix pour moi et pour mes sujets ».

Après un échange de cadeau, la paix fut signée le dimanche 20 du mois de Sha’ban et l’émir renvoya Sancho dans son pays en lui donnant l’ordre de lui envoyer tous les livres arabes qui se trouvaient dans sa possession et Sancho lui envoya treize navires chargés de livres, de Qur’an, de Tafsir dont ceux d’Ibn ‘Attiyah, d’ath-Thalibi, de Hadith et de leurs Sharh tel que ceux d’at-Tahdib et d’al-lstidkar, des ouvrages de doctrine, de grammaire, de littérature arabe et des quantités d’autres livres. L’émir des Musulmans, qu’Allah Exalté lui fasse miséricorde, envoya tous ces livres à Fès et les fit déposer, pour l’usage des étudiants, dans l’école qu’il avait fait bâtir par la grâce d’Allah à Lui les Louanges et la Gloire et Sa générosité. Ainsi ces livres furent sauvés de la destruction qui allait détruire l’intégralité du patrimoine musulman quelques temps plus tard.

 

 

La mort de l’émir Abou Youssouf Ibn ‘Abdel Haqq

 

Après le départ de Sancho, l’émir des Musulmans Abou Youssouf Ibn ‘Abdel Haqq revint à Algésiras le 27 du mois de Sha’ban et vit avec joie que le palais, al-Mashouar, la salle du conseil et de réunion, et la mosquée qu’il avait donné l’ordre de bâtir dans la ville nouvelle étaient achevés. Il descendit dans son palais et y passa tout le Ramadan.

Dans la dernière décade du mois de Ramadan de l’année 685 de l’Hégire (1286), l’émir des Musulmans envoya son fils Abou Zayyan avec un fort détachement pour surveiller les frontières d’Ibn al-Ahmar tout en lui recommandant bien de ne point l’inquiéter et de respecter les sujets de ce prince. L’émir Abou Zayyan partit et établit son camp dans la forteresse d’ad-Dikwan, au sud de Malaga.

Durant ce mois de Ramadan, mourut à Algésiras le ministre Abou ‘Ali Yahya Ibn Abou Yazid al-‘Askouri.

 

A la fin du mois de Shawwal, l’émir des Musulmans donna ordre à Ayad al-‘Assami d’aller s’établir avec tous ses frères à Estepona (istibouna), où ils arrivèrent le 1 du mois de Dzoul Qi’dah.

 

Le lundi 16 de ce mois, l’émir Abou Ya’qoub s’embarqua à Algésiras sur une trirème, commandé par Abou ‘AbdAllah Muhammad, le fils du chef Abou al-Qassim ar-Rijiraji, pour le Maghreb pour se rendre compte des affaires et débarqua au Qasr al-Mijaz.

 

Le 30 du mois de Dzoul Qi’dah, l’émir fut atteint de maladie qui empira jusqu’à sa mort dans la matinée du mardi 22 du mois de Mouharram 685 (1286), dans son palais de la ville nouvelle d’Algésiras. Son corps fut transporté à Ribat al-Fath au Maghreb et fut enterré à Ghillah.

Son califat dura vingt-neuf ans, depuis le jour de sa proclamation à Fès, après la mort de son frère Abou Yahya, et dix-sept ans et vingt jours depuis le jour où il renversa la dynastie de ‘Abdel Mou'min et gouverna tout le Maghreb. Nous appartenons à Allah et à Lui nous reviendrons tous.

L’Islam entier prit le deuil et sa perte fut grande et douloureuse pour tous. Le Très-Haut renforca l’Islam par lui, puisse Allah à Lui les Louanges et la Gloire, lui faire miséricorde et qu’Il salut, prie et bénit notre seigneur Muhammad, sa famille et ses compagnons.