La traversée des Pyrénées

 

Moussa et Tariq convoqués par le calife 

 

La nomination des successeurs de Moussa Ibn Noussayr 

Sur la voie du retour, Moussa s’arrêta quelques jours à Séville ou il laissa son fils ‘Abdel ‘Aziz Ibn Moussa Ibn Noussayr gouverneur en son absence. ‘Abdel ‘Aziz fut le premier gouverneur d’Andalousie.

Moussa traversa le détroit de Jibal Tariq et arriva au Maghreb ou il s’arrêta à Tanger (tanja) et où il nomma son fils ‘Abdel Malik Ibn Moussa Ibn Noussayr gouverneur. Puis il se dirigea vers la capitale de l’Ifriqiyah ; Kairouan (al-qayrawan) ou après être resté quelques jours, il nomma son fils ‘AbdAllah Ibn Moussa Ibn Noussayr gouverneur.

 

Au mois de Rabi’ Awwal de l’année 96 de l’Hégire (714), il arriva dans la capitale de l’Egypte al-Fustat ou il rendit une chaleureuse visite au fils de ‘Abdel ‘Aziz Ibn Marwan qui l’avait nommé gouverneur de l’Afrique (ifriqiya) en vue de les honorer lui et son père pour la confiance qu’ils avaient placé en lui.

Puis, il se prépara à prendre la direction de la Syrie au mois de Joumadah Awwal de l’année 96 de l’Hégire où après plusieurs mois de voyage, il arriva à Damas (dimashq) alors que le calife était malade et ne tarda pas à mourir au mois de Joumadah Thani, 40 jours après l’arrivée de Moussa Ibn Noussayr.

Son fils Souleyman ‘Abdel Malik prit la succession de son père et accueilli chaleureusement Moussa Ibn Noussayr et Tariq Ibn Ziyad avant de prendre ensemble la route pour accomplir le Pèlerinage à la Mosquée Sacrée (masjidoul haram).

 

La mort de Moussa Ibn Noussayr 

 

Le premier gouverneur d’Andalousie 

Les Musulmans classèrent les gens par classes : Les nobles, les princes et les religieux, les grands agriculteurs, les petits agriculteurs considérés comme les piliers de la terre du fait de leur servitude avec elle. Ils plantaient, soignaient, nettoyaient et récoltaient complètement voués à leurs tâches mais sans n’avoir jamais eu aucun droit fondamental.

La première chose que firent les Musulmans est la mise en place de ces classes afin que tous soient reconnus. Les gens furent réellement surpris de se voir attribuer des droits alors qu’ils avaient toujours été considérés dans le passé comme des esclaves. Le droit de demander des comptes au gouverneur, de posséder des terres, de se déplacer et de faire du commerce sans contraintes. C’est en voyant l’application de cette justice qu’ils devinrent Musulmans.

D’autres rapports nous mentionnent qu’en plus de cela non seulement ils apprirent leur religion mais aussi la langue arabe et copièrent les Arabes jusqu’à leur manière de s’habiller et se prénommèrent comme eux.

 

Lorsque Moussa Ibn Noussayr quitta l’Andalousie, il nomma son fils ‘Abdel ‘Aziz Ibn Moussa Ibn Noussayr gouverneur du pays. ‘Abdel ‘Aziz s’était marié à Aylah ou Elona, surnommée plus tard Oumm ‘Assim, la fille orpheline de Rodéric. Mais peu de temps après, en l’an 97 de l’Hégire (715), les grands commandants musulmans se rebellèrent contre lui et l’assassinèrent alors qu’il priait dans la mosquée de Séville.

C’est Habib Ibn Abi ‘Abdah Ibn ‘Ouqbah Ibn Nafi’ al-Fihri, qui ordonna son assassinat sous le prétexte que la femme de ‘Abdel ‘Aziz avait pris son contrôle et voulait le couronner roi des Chrétiens mais avec son meurtre, les troubles débutèrent en Andalousie.

 

Avant son départ, Moussa Ibn Noussayr nomma son autre fils ‘AbdAllah gouverneur du Maghreb mais Souleyman Ibn ‘Abdel Malik le désista et nomma à sa place, en l’an 97 de l’Hégire (715), Muhammad Ibn Yazid, un Mawlah des Qouraysh.



[1] Tabi’i : Suivant, homme ayant connu au moins un des compagnons du Prophète (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui.

[2] De Castella en espagnol : fort ou château et castel en anglais.