OTTOMANS : ABRÉGÉ DES PRINCIPAUX EVÈNEMENTS SOUS LEUR RÈGNE - VOLUME 03

Ottomans : Volume 03

 

Auteur : Divers

Histoire de leur Règne - De l'Essor à la chute du Califat

Catégorie: Livres.

Série: Tarikh al-Mouslimin

Auteur: AbdelHahim Boutrif

Éditeur: Rayat Soud

Pages: 747

. Acheter

La Chute du Califat Deuxième Partie 

Expéditions Navales des Ottomans jusqu’à la Bataille de Chisma 

Des Ahadith sur les Prises de Constantinople 

Exposé sur ad-Dajjal wa Ya'jouj et Ma'jouj

 

La capitulation de l’État Ottoman

Pendant ce temps, Anwar, qui dominait l’état, tentait de rallier les troupes restantes qui étaient sorties victorieuses des nombreuses batailles qu’elles avaient livrées, et de donner l’ordre à ces troupes de retourner immédiatement dans la capitale pour affronter l’ennemi. Mais les gens autour de lui pensaient que l’heure était déjà passée. Même ceux qui l’avaient soutenu dans le passé refusèrent de l’accompagner et de suivre sa politique. Par conséquent, il fut contraint de se rendre et d’appeler à une trêve. Ainsi les Alliés acceptèrent et il signa le traité de trêve. Il ne restait plus qu’à négocier les termes de la trêve. L’État Ottoman capitula et les Alliés l’occupèrent. 

 Cependant, la reddition et cette occupation de l’état par les Alliés ne signifiaient pas une reddition aux Alliés qui impliquait que l’état était devenu une de leur colonie ou propriété. Cela ne signifiait pas non plus que leur occupation était permanente, car c’était une guerre entre deux états, l’un vaincrait l’autre, ainsi le vainqueur dicterait les termes de la paix au perdant, et l’état vaincu resterait un état en tant qu’entité avec souveraineté intérieure et étrangère. Ceci d’une part, tandis que d’autre part la reddition n’était pas une reddition de l’état de Turquie, mais une reddition par le calife des Musulmans, ou selon leurs propres termes une reddition par l’Empire Ottoman. Par conséquent, l’état vaincu était le Califat et non l’état de Turquie. Par conséquent, les mesures internationales prises par les Alliés, en leur qualité de vainqueurs, et par l’État Ottoman, en sa qualité de perdant, étaient des mesures dûment liées à l’État Ottoman, c’est-à-dire à tous ceux qui vivaient sous la bannière du Califat ou lui avait prêté allégeance.

 

Les Britanniques démembrent l’État du Califat 

Cependant, comme le but britannique était de démembrer l’État Ottoman en sa qualité d’État Islamique et d’abolir le Califat, ils suivirent le chemin qui y conduit et procédèrent dans leurs relations avec l’État Ottoman vaincu d’une manière différente de celle poursuivit avec l’Allemagne vaincue, malgré le fait que les deux états se soient battus l’un au côté de l’autre. En effet, la victoire des Alliés sur l’État Ottoman était similaire à leur victoire sur l’Allemagne ; ainsi, les deux états auraient dû être traités sur un pied d’égalité. Cependant, les Britanniques traitèrent l’Allemagne comme un état vaincu selon le droit international et ce qu’il stipulait en cas de fin de guerre entre deux états, l’un devenant vainqueur et l’autre perdant. Quant à l’État Ottoman, il fut traité différemment et dès la fin de la guerre, il fut démembrée en morceaux, dont la plupart furent occupés par les Britanniques et divisés en parties selon le plan qui avait été conçu pendant la guerre. Ils évitèrent également leurs alliés afin de se tailler la part du lion sur les terres de l’État Ottoman vaincu. Ensuite, ils concentrèrent leurs efforts sur le centre du Califat afin d’adopter les méthodes les plus appropriés pour assurer son abolition. 

 

L’adoption du nationalisme et du patriotisme comme base du processus de démembrement 

Quant au processus de démembrement, les germes des tendances nationalistes et du chauvinisme patriotique implantés plus tôt par les Britanniques se concrétisèrent. Ce fut donc pour eux, le bon moment de les utiliser comme base du processus de démembrement, ce qu’ils procédèrent effectivement. En conséquence, ils transformèrent les terres habitées par les Musulmans turcophones en une seule entité et utilisèrent leur domination directe et leur influence écrasante pour faire exploser les tendances nationalistes turques. Ils essayèrent d’évoquer l’idée de l’indépendance de la Turquie, signifiant sa séparation du reste de l’État Islamique, ou selon eux de l’Empire Ottoman, tout en définissant le mot indépendance avec le sens de se débarrasser de l’occupation alliée. C’était en dépit du fait que la réalité pratique vers laquelle ils poussaient les gens était l’indépendance de toutes les autres parties de l’état, à savoir une séparation complète. Ils morcelèrent également les terres habitées par des Musulmans arabophones en plusieurs morceaux. Bien que les Britanniques occupèrent la plupart d’entre eux, ils ne les gardèrent pas comme une seule entité, comme ils les trouvèrent lorsqu’ils les occupèrent, ils transformèrent plutôt ces terres en plusieurs entités selon les cartes qu’ils avaient tracées pour eux pendant la guerre. 

C’est pourquoi ils procédèrent physiquement au démembrement de l’état conquis et le transformèrent en plusieurs états avant de conclure avec eux un traité de paix, et avant même de convenir avec elle des termes de la paix. Car à peine occupèrent-ils les terres, qu’ils les divisèrent en plusieurs pays et commencèrent à les gouverner comme s’il s’agissait de plusieurs états qu’ils venaient d’occuper. Ce fut en violation du droit international et en contradiction avec les conventions internationales parce que l’occupation par l’état victorieux dans la guerre de la terre de l’état vaincu n’est pas suffisante pour déterminer le sort de l’état occupé ou des territoires occupés ; ce qui détermine cela, c’est plutôt le traité de paix, même si les termes du traité ont été dictés et imposés. L’exemple le plus proche en est le fait que, bien que Berlin ait été occupée pendant plus de quarante ans, son sort n’a pas été déterminé par son occupation mais par les termes de la paix ou le traité de paix et l’accord des Alliés à son sujet. 

Par conséquent, en divisant l’État Ottoman peu de temps après avoir occupé ses terres et peu de temps après sa défaite dans la guerre, la Grande-Bretagne commit un acte invalide qui violait le droit international car elle entreprit cette action unilatéralement avant d’accepter les conditions avec les Alliés et avant de signer le traité de paix ou d’accepter les conditions de paix et pas même avant que les Alliés puissent en dicter les conditions, en supposant que cette dictée aurait été valide.

 En fait, ces pays faisaient tous partie de l’état et le Liban, la Syrie, l’Irak, la Palestine, la Jordanie orientale, le Hijaz et le Yémen étaient tous sous la bannière de l’État Ottoman et faisaient partie de ses wilayas. Ils n’avaient aucune entité, que ce soit une autonomie ou un état, et aucun d’entre eux n’avait de souveraineté indépendante, qu’elle soit nationale ou étrangère. Par conséquent, aucun de ses habitants n’avait pour mandat de mener des négociations internationales. Tout acte international entrepris par toute personne de ces wilayas avec un état quelconque était invalide, ne pouvait pas être reconnu et n’avait aucune considération. Même l’Égypte, qui était sous domination britannique et sous mandat britannique, était considérée comme faisant partie de l’État Ottoman. Lorsque son peuple, le peuple égyptien, appela à la sortie des Britanniques, il appela au retour de son pays sous la bannière de l’État Islamique, l’État Ottoman, pour qu’il redevienne sous le régime du calife des Musulmans. Mustafa Kamal appela à l’évacuation des Britanniques et au retour de l’Égypte dans le cadre du Califat à Istanbul.

  • Saul Bellow

    JUNE 20, 2015

    Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam erat, sed diam voluptua. At vero eos et accusam et justo duo dolores et ea rebum. Stet clita kasd gubergren, no sea takimata sanctus est Lorem ipsum dolor sit amet.

    Reply
  • Saul Bellow

    JUNE 20, 2015

    Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam erat, sed diam voluptua. At vero eos et accusam et justo duo dolores et ea rebum. Stet clita kasd gubergren, no sea takimata sanctus est Lorem ipsum dolor sit amet.

    Reply

Ipsum euismod his at. Eu putent habemus voluptua sit, sit cu rationibus scripserit, modus voluptaria ex per. Aeque dicam consulatu eu his, probatus neglegentur disputationi sit et. Ei nec ludus epicuri petentium, vis appetere maluisset ad. Et hinc exerci utinam cum. Sonet saperet nominavi est at, vel eu sumo tritani. Cum ex minim legere.

Te eam iisque deseruisse, ipsum euismod his at. Eu putent habemus voluptua sit, sit cu rationibus scripserit, modus voluptaria ex per. Aeque dicam consulatu eu his, probatus neglegentur disputationi sit et. Ei nec ludus epicuri petentium, vis appetere maluisset ad. Et hinc exerci utinam cum. Sonet saperet nominavi est at, vel eu sumo tritani. Cum ex minim legere.

Sed an nominavi maiestatis, et duo corrumpit constituto, duo id rebum lucilius. Te eam iisque deseruisse, ipsum euismod his at. Eu putent habemus voluptua sit, sit cu rationibus scripserit, modus voluptaria ex per. Aeque dicam consulatu eu his, probatus neglegentur disputationi sit et. Ei nec ludus epicuri petentium, vis appetere maluisset ad. Et hinc exerci utinam cum. Sonet saperet nominavi est at, vel eu sumo tritani. Cum ex minim legere.

Ipsum euismod his at. Eu putent habemus voluptua sit, sit cu rationibus scripserit, modus voluptaria ex per. Aeque dicam consulatu eu his, probatus neglegentur disputationi sit et. Ei nec ludus epicuri petentium, vis appetere maluisset ad. Et hinc exerci utinam cum. Sonet saperet nominavi est at, vel eu sumo tritani. Cum ex minim legere.

 

Copyrights © 1999 - 2018 Alfutuhat.com. All rights reserved