Histoire de l'Islam et des Musulmans


 

 

Le déroulement du combat

1 - Ce que les musulmans réalisèrent avant le combat :

A - Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) choisit un endroit dominant le champ de bataille, monta un tente qu’il assura par une garde.

 

B - Il disposa les hommes en ordres de bataille, les encouragea et les exhorta à endurer le combat. Il leur demanda de résister contre les attaques des polythéistes en conservant toujours leurs positions et leur dit :

- « Si les ennemis vous cernent, lancez vos flèches contre eux et ne vous élancez au combat qu’une fois mes ordres reçus. »

 

C - Le mot de passe choisit pour le combat pour distinguer les musulmans était : « Ouhoud ! Ouhoud ! »

 

2 - Les musulmans menèrent le combat en observant leur disposition, un quartier général, un seul commandant et une nouvelle tactique qui était jusqu’alors inconnue des arabes : l’ordre de bataille.

 

3 - Quant aux polythéistes, ils utilisèrent la méthode de l’attaque et du retrait sans un commandement réellement organisé ni ordre. Ils menèrent le combat en tant qu’individus et non pas comme une unité.

 

4 - Les polythéistes lancèrent l’attaque quand al-Aswad Ibn ‘Abd al-Assad se dirigea vers le bassin qu’avaient construit les musulmans en s’écriant : « Je m’engage vis-à-vis d’Allah de boire de ce bassin sinon à le détruire ou à trépasser. » Mais Hamza Ibn ‘Abd al-Mouttalib le rencontra, le frappa de son sabre et lui trancha une jambe. Mais malgré cela al-Aswad rampa vers le bassin et Hamza le poursuivit et le tua.

 

5 - ‘Outbah et Shaybah, les fils de Rabi’ah et al-Walid Ibn ‘Outbah sortirent des rangs des polythéistes et provoquèrent les croyants en duel. Des jeunes Ansars voulurent relever le défi mais le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) leur ordonna de regagner leur place et demanda à ‘Oubaydah Ibn al-Harith, ‘Ali Ibn Abi Talib et Hamza Ibn ‘Abd al-Mouttalib d’aller à leur rencontre car ils étaient leurs proches parents. De même, il voulut qu’ils combattent avant les autres parce qu’il connaissait leur aptitude de vrais combattants, que leur triomphe était certain et que leurs victoires allait sûrement relever le moral des musulmans et affaiblir celui des idolâtres.

‘Oubaydah fit face à ‘Outbah, ‘Ali à al-Walid et Hamza à Shaybah. Hamza et ‘Ali purent tuer leurs adversaires sur le champ. Quant à ‘Oubaydah et Outbah, ils se blessèrent mutuellement. Alors Hamza et ‘Ali tuèrent ‘Outbah et ramenèrent ‘Oubaydah dans le au camp.

 

6 - Les polythéistes s’irritèrent après ce premier échec et lancèrent une pluie de flèches contre les musulmans puis leurs cavaliers donnèrent l’assaut. Les musulmans résistèrent sans quitter leurs places en tirant à leur tour des flèches ne visant d’abord que les chefs Qouraysh. Les polythéistes ne pensèrent pas à cette nouvelle tactique ce qui permit aux croyants de tuer un grand nombre parmi eux.

 

7 - Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) sortit de sa tente pour commander lui-même les croyants dont les rangs s’approchaient au fur et à mesure des polythéistes qui avaient perdu tout ordre et étaient pratiquement dispersés. A ce moment-là, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) ordonna aux musulmans :

- « Poursuivez-les. » Les croyants se jetèrent sur le reste des idolâtres, ramassèrent les dépouilles et capturèrent une partie d’entre eux.

 

8 - La bataille de Badr débuta dans la matinée du vendredi 17 Ramadan de l’an 2 de l’Hégire et prit fin dans la soirée. Les croyants restèrent trois jours sur place avant de retourner victorieux à Médine.

 

Les pertes des deux camps

Parmi les musulmans, on compta quatorze martyrs : six Mouhajirines et le reste des Ansars.

Quant aux polythéistes, ils perdirent 70 hommes et un nombre égal fut capturé.

 

Les raisons de la victoire des musulmans

1 - Un commandement unique

Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) fut le commandant en chef des musulmans qui combattaient comme un seul homme. Il les dirigea d’une position vers une autre pour attaquer et ils lui obéirent sans aucune objection. La régularité de leurs mouvements fut balancée et c’est ce qui caractérise une armée organisée. L’obéissance aux ordres du chef fut à l’origine de la victoire. Ils exécutèrent les ordres de bon cœur et en toute soumission et sincérité car le Messager d’Allah  (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) était pour eux le modèle à suivre quant à sa sincérité et son courage. Ils firent preuve de patience et de courage dans les situations critiques et ne manquèrent pas de donner leur avis chaque fois qu’il le leur demanda.

 

Voyant le grand nombre de polythéistes qui dépassait de beaucoup celui des croyants, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) exhorta ses compagnons à se résigner, à endurer et à se fier à Allah, Exalté et Loué. Pendant la mêlée, il quitta son abri pour participer personnellement au combat. Il suffit à cet égard de rapporter les propos de ‘Ali Ibn Abi Talib (radhiyallahou ‘anhou) qui dit : « Quand la bataille faisait rage, nous nous réfugions auprès du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) de sorte qu’il était plus proche de l’ennemi que l’un d’entre nous. »

 

Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) ne favorisait pas sa propre personne aux autres même quand ils montaient le chameau à tour de rôle. Il leur demanda leur avis dans plusieurs circonstances : le lieu du campement, la construction du bassin etc... Et plus tard, après la bataille, il leur demanda ce qu’il fallait faire des prisonniers polythéistes et suivit finalement l’opinion d’Abou Bakr (radhiyallahou ‘anhou).

 

Telles sont les caractéristiques du chef idéal à toute époque et en tout lieu. Il fallut lui trouver une place dominante pour diriger le combat et c’est pour cette raison qu’une tente fut montée et qu’elle fut gardée par certains Compagnons. Ajoutons à cela que les croyants combattirent comme un seul homme.

 

Quant aux idolâtres, ils n’avaient pas un seul commandant mais plusieurs et nous avons mentionné la divergence entre les avis d’Abou Jahl et de ‘Outbah Ibn Rabi’ah qui étaient parmi les notables Qouraysh et ne visaient pas un but commun, Nous dirons plutôt qu’ils étaient plus près de la discorde que de l’entente. L’altruisme joua aussi un grand rôle car chacun d’entre eux voulut montrer sa prédominance sur les autres sans tenir compte des résultats de la bataille.

 

2 - Une nouvelle tactique

En quittant Médine pour se diriger vers Badr, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) appliqué une tactique qui ne diffère pas de celle suivie de nos jours dans la guerre de désert. L’armée était formée d’une avant-garde, une arrière-garde, d’un corps central et de patrouilles de reconnaissance pour se renseigner de la force, l’organisation et de la situation générale de l’armée ennemie.

 

Durant la bataille, les musulmans formaient des rangs serrés pour être comme un seul homme alors que les polythéistes attaquaient et reculaient. Cette tactique eut son influence sur le déroulement de la bataille, comme nous allons l’expliquer.

 

La tactique de l’attaque et du retrait consiste à envoyer tous ceux qui combattent, avec le sabre ou la lance et ceux qui tirent les flèches qu’ils soient fantassins ou cavaliers, sur l’ennemi. Si ce dernier résiste et se défend, ils reculent, reprennent leur formation et se relancent à  l’attaque. Le combat se poursuit ainsi sur ce même rythme jusqu’à la victoire ou l’échec.

 

La tactique des rangs consiste à placer les combattants en plusieurs rangées selon leur nombre. Le premier rang est formé des lanciers qui se servent de leurs lances comme barrage pour repousser la cavalerie ennemie tandis que les hommes des derniers rangs tirent des flèches. Ces rangs respectent cet ordre jusqu’à ce que les attaques de l’ennemi s’affaiblissent. Alors tous ces rangs avancent d’un bloc pour affronter l’ennemi.

 

Cette nouvelle tactique a plusieurs avantages : elle permet au commandant d’avoir une force de réserve soit pour affronter des situations inattendues comme par exemple une contre-attaque, soit pour attaquer une embuscade, soit pour protéger les ailes des premiers rangs contre une attaque ennemie, enfin il peut remporter la victoire grâce à l’impact des forces fraîches de l’arrière-garde. De cette façon, tout commandant peut assurer la suprématie et tient à sa disposition une réserve qu’il peut utiliser contre tout imprévu ou pour renforcer n’importe quel corps.

 

En passant en revue les croyants avant la bataille, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) remarqua qu’ils étaient très proches les uns des autres formant un seul bloc. Il les disposa en ordres de bataille en les rangeant puis il les exhorta à combattre sincèrement dans la voie d’Allah, Exalté et Loué, à repousser l’ennemi en résistant devant lui, à bien tirer les flèches et à ne se jeter sur l’ennemi qu’après son ordre. C’est ainsi qu’en remarquant l’affaiblissement des forces polythéistes, le moment idéal d’une contre-attaque, il leur ordonna de les attaquer et de les poursuivre.

 

Pendant les duels, nul croyant ne s’avança hormis que sur l’ordre du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) qui désigna personnellement chaque combattant. Grâce à toutes ses dispositions stratégiques, il put emporter la victoire mais surtout et principalement avec la permission d’Allah, à Lui les louanges et la Gloire.

 

3 - Une foi ferme

Malgré que le nombre des polythéistes, trois fois plus nombreux, dépassait celui des croyants et malgré que la caravane leur échappa, les musulmans firent preuve de résignation et de résistance devant leur ennemi sans jamais penser au profit matériel (de la caravane). Portés par une foi ferme, ils décidèrent de livrer combat avec courage et vaillance, pour réaliser leur but qui consistait à répandre leur dogme et que la parole d’Allah, à Lui les Louanges et la Gloire, soit la Plus Élevée, le réel but du combat dans la voie d’Allah ou Jihad. On peut facilement déduire ceci des réponses des Mouhajirines et des Ansars au Message d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) au sujet de cette bataille.

 

Dans l’autre camp, les polythéistes Qouraysh n’avaient d’autre but que de se vanter de leur puissance devant les autres tribu arabes, d’immoler des chameaux auprès de la source de Badr, de boire du vin et entendre les chanteuse comme le déclara leur chef Abou Jahl. Il est important de noter que ce but n’a pas changé de nos jours en ce qui concerne les armées.

 

Dans cette bataille, pères, fils et frères se rencontrèrent mais séparé par les principes différents et les sabres. On a rapporté à ce propos qu’Abou Bak as-Siddiq était avec les croyants et son fils ‘Abd ar-Rahmane avec les impie et que ‘Outbah Ibn Rabi’ah était parmi les polythéistes et son fils Abou Houdayfah avec les musulmans.

 

En consultant ses Compagnons au sujet du sort des captifs de Badr, ‘Omar Ibn al-Khattab (radhiyallahou ‘anhou), répondit au Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) : « Si tu le permets, confies moi (un de ses proches) pour le tuer ; confie ‘Aqil Ibn Abi Talib à ‘Ali et un tel à Hamza pour le même but, afin qu’Allah, Exalté et Loué,  sache que nous n’accordions ni grâce ni répit à ces idolâtres surtout à leurs chefs, notables et guerriers. »

Qu’est-ce qui put pousser ‘Omar à avancer de tels propos sinon la foi ancrée dans son for intérieur ? Ceux qui n’avaient aucune foi, dont leurs poitrines ne cherchaient que les désirs de la Jahiliyyah et le tribalisme, pouvaient-ils lutter avec courage contre ceux qui portaient dans leurs cœurs la foi ferme et la certitude ?

 

4 - Un moral sublime

Avant et durant la bataille, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) encouragea les croyants en remontant leur moral afin qu’ils ne fassent pas cas du nombre et des préparatifs des Qouraysh. Ce moral sublime n’existait pas auparavant chez ceux qui avaient déjà livré bataille ni même chez les jeunes qui n’avaient encore jamais combattu.

 

A ce propos on raconte que ‘Abd ar-Rahmane Ibn ‘Awf (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit : « Le jour de Badr, me trouvant dans les rangs des croyants, je vis des jeunes à droite et à gauche et eut peur pour eux. L’un d’eux me demanda sans que les autres le sachent : « O oncle, montre-moi Abou Jahl. » « Que vas-tu faire de lui, » répliquai-je. Il me répondit : «Je me suis engagé vis-à-vis du ciel (d’Allah, Exalté et Loué) de le tuer ou d’être tué en le combattant. »

Quant à l’autre jeune,  il me demanda la même chose en secret. Puis, comme deux faucons, ils s’élancèrent sur Abou Jahl et l’abattirent cependant, ils furent aussi tués. Ces deux jeunes hommes étaient les fils de ‘Afra : ‘Awf et Mou’awadz les fils d’al-Harith al-Khazraji un des Ansars. »

Au fil des jours, on put constater qu’un bon équipement et une bonne organisation ne suffisaient pas pour emporter la victoire si les combattants ne jouissent pas d’un moral élevé. La preuve peut-être trouvé dans les nombreuses batailles que livrèrent les musulmans contre leurs ennemis tout au long de l’histoire.

 

La bataille de Badr fut un duel entre deux dogmes : Le dogme du futur qui méritait l’existence l’a emporté sur le dogme du passé qui devait disparaître.

 

 

Des leçons tirées de la bataille de Badr

 

1 – La reconnaissance

Les deux camps utilisèrent des patrouilles de reconnaissance pour avoir des informations nécessaires sur son adversaire. Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), après l’interrogatoire des deux esclaves de Qouraysh, put évaluer l’effectif de la force polythéiste tout comme Abou Soufyan qui en examinant les crottins, put déduire qu’il s’agissait des montures appartenant à des Médinois.

Ayant été ainsi informé, chaque camp fut privé de la surprise qui fut pour l’un et l’autre un facteur vital.

 

2 - Le commandement

Parmi les caractéristiques dont jouissait le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) on doit signaler : le courage, la maîtrise, les briefings militaires avant et durant la bataille, son égalité avec ses Compagnons en toute chose, comme il approuva pour la première fois, le choix d’un quartier général d’où il pouvait donner les ordres.

 

3 - Le contrôle, le moral et le dogme

Le contrôle parfait, le moral élevé des musulmans et leur dogme donnèrent le résultat attendu dans la bataille et ces éléments demeurent essentiels pour emporter les victoires.

 

4 - La mobilisation

A - La disposition avant l’attaque : qui était adéquate avec une avant-garde, un centre abondant et fort et une arrière-garde avec un étendard confié au Mouhajirines, un autre aux Ansars et un troisième au reste de l’armée.

Les patrouilles de reconnaissance jouèrent un grand rôle en avant des musulmans pour qu’ils ne soient pas pris à l’improviste tout en les informant des mouvements des polythéistes.

 

B - Durant la bataille : Les croyants adoptèrent pour la première fois un ordre de bataille en se mettant en rangs tandis que les Qouraysh utilisèrent la tactique courante de l’attaque et du recul. Ainsi le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) put maîtriser l’armée entière en gardant une force de réserve : une technique alors inconnue des Arabes et qui ne cesse d’être suivie de nos jours.

 

C - Le mot de passe : qui était : « Ouhoud ! Ouhoud !, » grâce à qui les musulmans pouvaient se reconnaître les uns les autres, une technique aussi nouvelle introduite dans le combat d’autant plus que les circonstances de cette bataille n’étaient pas normales. Il fallut donc trouver un moyen pour se reconnaître, surtout qu’en apparence, les musulmans et les polythéistes avaient le même aspect, le même armement et les mêmes vêtements. Ce mot de passe n’aurait eu aucune importance si les deux camps avaient été différents.

 

5 - La logistique

A - Les provisions : Les Qouraysh immolaient chaque jour entre neuf et dix chameaux pour assurer la nourriture aux combattants et ces chameaux étaient des dons de leurs riches. Tandis que les croyants se contentaient parfois de dattes et de la farine car leur situation économique était faible et pauvre à cette époque.

 

B - L’eau : Avant la bataille, les musulmans bâtirent un bassin qu’ils remplirent d’eau et dont ils purent se désaltérer pendant le combat tout en ayant comblé le puit pour en priver les autres. Ceci poussa les polythéistes à essayer d’atteindre le bassin pour se désaltérer mais les croyants les en empêchèrent. Cette privation d’eau avait eu son effet sur les Qouraysh.

 

C - Les dépouilles : Une fois les dépouilles des polythéistes rassemblées, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) les partagea équitablement, entre les combattants qui prirent part au combat et ceux qui les secoururent pour remporter la victoire, de la façon suivante : deux parts pour le cavalier dont l’une d’elle était consacrée au maintien du cheval, une part pour le fantassin, une part pour les héritiers des martyrs, une part à chacun de ceux qui étaient restés à Médine pour s’occuper des affaires des musulmans sur l’ordre du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam), c’est à dire ceux qui présentèrent des excuses valables les empêchant de prendre part au combat ou à qui fut confié un ordre du Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam).

 

En réalité, la victoire ne se réalise pas grâce aux combattants seuls, mais à tous ceux qui les soutiennent qu’ils soient aux avant-postes ou dans l’arrière-garde, c’est pourquoi le Messager d’Allah  (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) favorisa les uns et les autres en leur accordant une part du butin.

 

D - Les captifs

1 - Le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) ordonna l’exécution de deux d’entre eux à cause de leur hostilité et leurs méfaits envers les musulmans en les considérant comme des criminels de guerre et non comme des prisonniers ordinaires à cause de leurs agressions et de leurs offenses répétées envers les musulmans, particulièrement les faibles, et pour avoir lutter avec acharnement pour empêcher la diffusion du message.

 

2 - Quant aux autres captifs qui étaient au nombre de soixante-huit, le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) les répartis entre ses Compagnons en leur recommandant : « Soyez bienveillants à l’égard de vos prisonniers. » Puis il accepta de rançonner les riches parmi eux contre une somme d’argent qui variait entre mille et quatre mille dirhams. Il libéra ensuite les pauvres et chargea les instruits parmi eux d’enseigner la lecture et l’écriture aux enfants musulmans en échange de leur liberté.

 

E - Les tués et les blessés

Les musulmans creusèrent un puits où ils enterrèrent les morts des polythéistes, ce qui est suivi de nos jours. Quant aux blessés, ils les soignèrent comme s’ils étaient des musulmans.

 

F - L’éducation

Les croyants profitèrent des captifs polythéistes qui enseignèrent la lecture et l’écriture à leurs enfants. Ces derniers devinrent, plus tard, les scribes des Révélations et les porteurs de la culture islamique.







 
.......................