Histoire de l'Islam et des Musulmans


 

 

La guerre juste

 

 

« Combattez dans la voie d’Allah ceux qui vous combattent. »

[Qur’an 2/190]

 

On entend par : guerre équitable, celle déclenchée contre un peuple qui commet une injustice envers un autre et ne cesse de l’exercer, en y observant les lois et les conventions internationales qui stipulent le bon traitement des prisonniers et la bienveillance envers les non-combattants.

 

Le combat selon la conception de l’Islam

 

 

Ce combat signifie la lutte contre l’ennemi afin de pouvoir propager le message et consolider les assises de la paix en observant l’esprit chevaleresque.

Durant leur présence à La Mecque, les premiers musulmans ne furent pas autorisés à combattre malgré ce qu’ils avaient enduré comme méfaits et agressions de la part des idolâtres. Leur seul but se limitait à proclamer le message et à montrer leur détermination en s’écriant : « Notre Seigneur est Allah, Exalté et Loué. » Néanmoins une fois que l’animosité des Qouraysh devint violente et qu’ils complotèrent contre le Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam) et songèrent à le tuer, il entreprit son émigration vers Médine avec ses Compagnons.

 

Dès lors est ce que l’injustice des idolâtres et leurs méfaits cessèrent ? Non, bien au contraire, l’hostilité s’accrue et les Qouraysh impies luttèrent contre les musulmans en les contraignant à quitter le pays et laisser leurs biens, jusqu’à ce qu’Allah, Exalté et Loué, leur autorisa alors à combattre avec la descente de cette Révélation : « Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre) - parce que vraiment ils sont lésés; et Allah est certes Capable de les secourir - ceux qui ont été expulsés de leurs demeures, - contre toute justice, simplement parce qu’ils disaient : « Allah est notre Seigneur. » - Si Allah ne repoussait pas les gens les uns par les autres, les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom d’Allah est beaucoup invoqué. Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa Religion). Allah est assurément Fort et Puissant. » [Qur’an 22/39-40].  

Douze mois après, le Messager d’Allah (Sallallahou ‘aleyhi wa sallam) sortit de Médine pour combattre, et ce fut le début de la guerre effective.

 

Les buts du combat

 

1 - Assurer la liberté pour propager le message

L’un des principaux buts n’était pas la diffusion du message en lui-même, mais plutôt d’assurer la liberté pour cette diffusion car user de la force pour le diffuser revenait à contraindre hors, Allah, Exalté et Loué, n’approuve pas cette dernière quand II dit : « Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement. » [Qur’an 2/256]. En effet, si l’expansion de l’Islam avait été due à la force des combattants, il aurait quitté les cœurs des croyants une fois devenus faibles et démunis de tout pouvoir.

Le but était donc la protection du dogme, assurer la liberté de son expansion et repousser toute agression étrangère en mettant les ordres d’Allah Exalté en application : « Combattez dans le sentier d’Allah ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas. Certes, Allah n’aime pas les transgresseurs ! » [Qur’an II, 190].

 

On peut donc dire que la guerre en Islam est défensive et que les musulmans ne sont pas autorisés à agresser les autres. Ils ne luttent que lorsqu’ils sont contraints à le faire considérant que la guerre est un combat d’honneur et par la suite, ils ne doivent pas commettre des actes qui contredisent cet honneur. Ils sont tenus de respecter les engagements, de s’éloigner de toute perfidie, de soigner les malades et les blessés et de n’attaquer ni femmes, ni enfants, ni vieillards, ni religieux, ni laboureurs etc...

 

2 - La consolidation des piliers de la paix

Un peuple sans armée est toujours soumis aux agressions des autres mais s’il est puissant, grâce à cette force défensive, les autres le redoutent et la paix est alors établie. Allah, Exalté et Loué,  ordonna aux croyants de s’équiper et de s’armer pour lutter contre ceux qui pensent à les attaquer, sans se montrer avares en dépensant pour rassembler une puissante armée. Il dit à ce sujet : « Et préparez [pour lutter] contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée, afin d’effrayer l’ennemi d’Allah et le vôtre, et d’autres encore que vous ne connaissez pas en dehors de ceux-ci mais qu’Allah connaît. Et tout ce que vous dépensez dans le sentier d’Allah vous sera remboursé pleinement et vous ne serez point lésés. » [Qur’an 8/60].

 

Cependant ailleurs, Allah, Exalté et Loué, incite à établir la paix une fois les deux partis d’accord. Il dit :

- « Et s’ils inclinent à la paix, incline vers celle-ci (toi aussi)… » [Qur’an 8/61]

- « Ô les croyants! Entrez en plein dans l’Islam… » [Qur’an 2/208]

 

Donc la paix est une recommandation dictée par Allah, Exalté et Loué, si l’autre parti la recherche et l’observe, car -en langue arabe- le mot paix dérive du mot Islam. La paix ne saurait être établie qu’en la respectant et la guerre n’aurait aucun but ou motif que dans des cas bien limités.

 

Les différentes sortes de combats

 

1 - Le combat entre deux groupes musulmans

C’est une sorte de guerre civile déclenchée pour différentes raison que le Qur’an a mentionné dans plusieurs endroits. L’injustice et la rébellion sont à l’origine de ces combats. Des législations furent imposées à ces fins qui observent l’unité des musulmans, la dignité du gouverneur et la préservation contre l’injustice et la tyrannie. Allah, Exalté et Loué, a dit : « Et si deux groupes de croyants se combattent, faites la conciliation entre eux. Si l’un d’eux se rebelle contre l’autre, combattez le groupe qui se rebelle, jusqu’à ce qu’il se conforme à l’ordre d’Allah. Puis, s’il s’y conforme, réconciliez-les avec justice et soyez équitables car Allah aime les équitables. Les croyants ne sont que des frères. Etablissez la concorde entre vos frères, et craignez Allah, afin qu’on vous fasse miséricorde. » [Qur’an 49/9-10]

 

Ces deux versets supposent un état de belligérance où aucune solution pacifique ne s’avère être possible entre deux groupes de croyants. Il faut dans ce cas chercher les causes de cette animosité et essayer de concilier les groupes au moyen de négociations et en donnant à chacun son droit. Ainsi on peut appeler l’un et l’autre à l’ordre et Allah, Exalté et Loué, épargnera la lutte entre les croyants si bien sûr, ils se soumettent.

Dans le cas où l’un de ces deux groupes persisterait dans sa rébellion contre l’autre et refuserait de se soumettre à la vérité et au jugement d’autres musulmans, alors le recours à la force sera le seul moyen pour mettre fin à son injustice. Le but de cette législation est de préserver et consolider 1’unité de cette communauté en éliminant définitivement  les causes de la discorde. Ainsi on peut considérer ce genre de combat comme un moyen pour établir la paix et mettre fin à toute injustice.

 

2 - La lutte contre les non-musulmans

Le combat n’a été imposé et légiféré aux croyants que pour repousser les agressions des non-musulmans et de protéger la liberté de propagation du message. On peut déduire des Versets du Qur’an mentionnant le combat que le but ne consiste pas à s’emparer des autres pays ou de leurs ressources par la force, ni à humilier les faibles mais plutôt il n’est qu’un chemin vers la paix, la sécurité et l’établissement de la justice.

 

Le tribut - ou la capitation - n’est pas une compensation pour le sang répandu ou toute autre raison mais pour protéger les opprimés, leurs croyances, leur honneur et leurs biens afin qu’ils puissent jouir des mêmes droits qu’un musulman sans aucune distinction.

 

De tous les traités que les musulmans conclurent avec d’autres peuples, deux choses remarquables sont à signaler :

1 - Lorsque les musulmans étaient incapables de protéger les autres, ils devaient rembourser tout le tribut perçu, comme fut le comportement de Khalid Ibn al-Walid vis-à-vis des habitants de Homs et celui d’Abou ‘Oubaydah Ibn al-Jarrah (radhiyallahou ‘anhoum) à l’égard des habitants de Damas, quand les musulmans furent contraints de quitter ces régions.

2 - Les pauvres, les jeunes, les femmes, les aveugles, les moines dans leurs églises, les impotents et les handicapés étaient exempts de ce tribut. Quant aux autres, ils le payaient selon la capacité de chacun. De même, ceux qui combattaient aux côtés des musulmans étaient aussi exemptés de ce tribut.

 

Le terme : « en état d’humiliation » cité dans ce Verset : « ...jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, en état d’humiliation. » [Qur’an 9/29] signifie la soumission à la loi et au pouvoir gouvernemental car en échange de ce tribut, l’état devait assurer la défense des non-musulmans et respecter leur religion, donc un intérêt mutuel.

 

Aucun Verset dans le Qur’an ne montre que le combat impose à quiconque d’embrasser l’Islam. La preuve en est ce verset exhaustif : « Allah ne vous défend pas d’être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables. Allah vous défend seulement de prendre pour alliés ceux qui vous ont combattus pour la religion, chassés de vos demeures et ont aidé à votre expulsion. Et ceux qui les prennent pour alliés sont les injustes. » [Qur’an 60/8-9].

 

Cet autre Verset, qui fut parmi les derniers révélés, précise comment un croyant devrait se comporter vis-à-vis d’un non musulman: « Vous sont permises, aujourd’hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise. (Vous sont permises) les femmes vertueuses d’entre les croyantes, et les femmes vertueuses d’entre les gens qui ont reçu le Livre avant vous, si vous leur donnez-leur mahr avec contrat de mariage, non en débauchés ni en preneurs d’amantes. Et quiconque abjure la foi, alors vaine devient son action, et il sera dans l’au-delà, du nombre des perdants. » [Qur’an v, 5](1). Donc la relation d’un croyant avec un non-musulman n’est qu’équité, piété, une aide mutuelle et une parenté.

 

L’organisation du combat

 

1 - Remonter le moral

En promettant aux combattants dans la voie d’Allah, Exalté et Loué,  la plus belle récompense et l’excellente rétribution accordée aux martyrs, l’Islam ne fait remonter le moral des combattants et réaliser l’idéal car ces combattants luttent au service d’Allah, Exalté et Loué,  et pour Sa cause, pour préserver les opprimés et les faibles de l’injustice et de la tyrannie, et pour anéantir les causes du mal et de la corruption. Allah, Exalté et Loué, les exhorte en leur disant : «Qu’ils combattent donc dans le sentier d’Allah, ceux qui troquent la vie présente contre la vie future. Et quiconque combat dans le sentier d’Allah, tué ou vainqueur, Nous lui donnerons bientôt une énorme récompense. Et qu’avez-vous à ne pas combattre dans le sentier d’Allah, et pour la cause des faibles : hommes, femmes et enfants qui disent : « Seigneur ! Fais-nous sortir de cette cité dont les gens sont injustes, et assigne-nous de Ta part un allié, et assigne-nous de Ta part un secoureur. » Les croyants combattent dans le sentier d’Allah, et ceux qui ne croient pas combattent dans le sentier du Taghout. Eh bien, combattez les alliés du Diable, car la ruse du Diable est, certes, faible. » [Qur’an 4/74-76]

 

L’Islam a fermé toutes les portes d’où surgissent la crainte et la lâcheté en incitant les hommes à la lutte pour la vérité et pour assurer le bien et le bonheur. Ni les parents, ni les membres de la famille ni un négoce dont on craint le déclin, ni les demeures plaisantes ne doivent former un obstacle devant les croyants pour acquérir l’amour d’Allah, Exalté et Loué  et de Son Prophète, et ceci en sacrifiant âmes et biens comme Allah, Exalté et Loué,  a dit : « Dis : « Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos épouses, vos clans, les biens que vous gagnez, le négoce dont vous craignez le déclin et les demeures qui vous sont agréables, vous sont plus chers qu’Allah, Son messager et la lutte dans le sentier d’Allah, alors attendez qu’Allah fasse venir Son ordre. Et Allah ne guide pas les gens pervers. » » [Qur’an 9/24].

 

Par cette méthode vigoureuse, l’Islam a lutté contre les facteurs de la faiblesse et les tendances couardes, en semant dans les cœurs le courage, la vaillance, le sacrifice et de ne faire cas des clinquants de la vie présente, pour la cause de la vérité et son maintien. Le Seigneur a dit à cet égard : « Les vrais croyants sont seulement ceux qui croient en Allah et en Son messager, qui par la suite ne doutent point et qui luttent avec leurs biens et leurs personnes dans le chemin d’Allah. Ceux-là sont les véridiques. » [Qur’an 49/15].

Ainsi l’Islam cherche à remonter le moral qui était et ne cesse d’être le bon principe de toute force militaire tout comme il constitue également le facteur essentiel de la guerre.

 

2 - Les préparatifs militaires

Ils sont de deux sortes : La force et la surveillance.

La force comporte l’effectif et l’armement, c’est à dire l’équipement en machines de guerre et autres munitions ainsi que de toutes les choses nécessaires pour conduire la guerre.

Quant à la surveillance ou garde (ar-Ribat), il s’agit des fortifications aux frontières du territoire musulman et de tous les points stratégiques en y installant des guerriers aux aguets et munis de tout ce qu’il leur faut pour exécuter leur tâche.

L’un et l’autre sont deux moyens effectifs pour assurer la défense et la sécurité de même que la crainte qu’elle sème dans les cœurs des ennemis afin qu’ils ne songent ni à attaquer ni à envahir. Les croyants doivent toujours être prêts pour l’affrontement et la défense sans négliger l’un ou l’autre comme Allah, Exalté et Loué,  l’a  ordonné en disant : « Les mécréants aimeraient vous voir négliger vos armes et vos bagages, afin de tomber sur vous en une seule masse. » [Qur’an 4/102]

 

Pour garantir les armes et les munitions, il est donc nécessaire de construire des usines pour leur fabrication en utilisant le fer, la matière essentielle et principale comme Allah, Exalté et Loué, le confirme en disant : « Et Nous avons fait descendre le fer, dans lequel il y a une force redoutable, aussi bien que des utilités pour les gens, et pour qu’Allah reconnaisse qui, dans l’Invisible, défendra Sa cause et celle de Ses Messagers. Certes, Allah est Fort et Puissant. » [Qur’an 57/ 25]

 

La lutte pour la cause de l’Islam exige donc que l’on soit prêt à défendre la vérité et une fois devenus forts et puissants, les musulmans pourraient imposer leur souveraineté et défendre leurs intérêts.

 

3 - L’organisation opérationnelle pour le combat

 

A - La dispense du service similaire

La faiblesse est la raison principale de la dispense qui est due à maladie, la vieillesse, l’inaptitude physique et l’incapacité de la dépense comme Allah, Exalté et Loué, a dit : « Nul grief sur les faibles, ni sur les malades, ni sur ceux qui ne trouvent pas de quoi dépenser (pour la cause d’Allah), s’ils sont sincères envers Allah et Son messager. Pas de reproche contre les bienfaiteurs. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » [Qur’an 9/91]

 

On ne doit donc pas prendre en considération pour cette dispense le fait qu’un homme est détenteur d’un diplôme, qu’il est inscrit dans une université ou un mémoriseur en train d’apprendre le Qur’an, qu’il substitue le service militaire en échange d’une somme d’argent ou qu’il soit le fils d’un gouverneur. Toutes ces raisons ne constituait pas un prétexte valable à l’époque du Prophète (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Bien au contraire, on avait juste le souci de rassembler les psalmodieurs du Qur’an que par crainte qu’ils ne soient tués au combat. Il a été rapporté lors de la guerre de Yamama que ces personnes étaient les combattants les plus vaillants et que l’ennemi les ciblait volontairement pour les massacrer.

 

B - La déclaration de la guerre

Le Qur’an a mis en garde les croyants d’attaquer l’ennemi perfidement ce qui constitue une trahison. Allah, Exalté et Loué, a dit : « Et si jamais tu crains vraiment une trahison de la part d’un peuple, dénonce alors le pacte (que tu as conclu avec), d’une façon franche et loyale car Allah n’aime pas les traîtres. » [Qur’an 8/58]. Ce verset ordonne au Prophète - ou aux croyants - de rejeter manifestement l’alliance avec un peuple si l’on craint de sa part une trahison quelconque pour pouvoir lui rendre la pareille. Ainsi les musulmans n’ont jamais trahi de peuple ni de pacte contrairement aux mécréants et s’ils voulaient les combattre, ils leur déclaraient la guerre.

 

C - L’appel au Jihad

Lorsqu’est lancé l’appel au Jihad, au combat dans la voie d’Allah, Exalté et Loué, tout musulman capable doit répondre sans aucun retard ni excuse. Allah, Exalté et Loué,  n’a-t-Il pas en effet, dit : « Ô vous qui croyez ! Qu’avez-vous ? Lorsque l’on vous a dit : « Elancez-vous dans le sentier d’Allah » vous vous êtes appesantis sur la terre. La vie présente vous agrée-t-elle plus que l’au-delà ? - Or, la jouissance de la vie présente ne sera que peu de chose, comparée à l’au-delà ! Si vous ne vous lancez pas au combat, Il vous châtiera d’un châtiment douloureux et vous remplacera par un autre peuple. Vous ne Lui nuirez en rien. Et Allah est Omnipotent. » [Qur’an 9/38-39]

 

1 - La punition de ceux qui font défection

L’Islam infligea un châtiment psychique à ceux qui ne répondirent pas à l’appel du Jihad en les contraignant à s’écarter de leurs familles et même leurs femmes, avant que les autres musulmans ne s’écartent d’eux à leur tour. La société n’a envers ceux-là que mépris et dédain comme il en fut de ceux qui ne prirent pas part à l’expédition de Tabouk avec le Messager d’Allah (sallallahou ‘aleyhi wa sallam). Allah, Exalté et Loué, a parlé d’eux dans ce Verset : « Et [Il accueillit le repentir] des trois qui étaient restés à l’arrière si bien que, toute vaste qu’elle fut, la terre leur paraissait exiguë ; ils se sentaient à l’étroit, dans leur propre personne et ils pensaient qu’il n’y avait d’autre refuge d’Allah qu’auprès de Lui. Puis Il agréa leur repentir pour qu’ils reviennent [à Lui], car Allah est l’accueillant au repentir, le Miséricordieux. » [Qur’an 9/118].

Après ce châtiment moral, Allah, Exalté et Loué,  accepta leur repentir afin qu’ils ne récidivent pas ni ne fassent défection. Ce châtiment ne s’appliqua qu’à ces hommes en particulier sans toucher un membre de leurs familles ou leurs proches comme agissent certains états de nos jours qui punissent des familles entières innocentes.

 

E – Le filtrage de l’armée

L’Islam impose à l’armée de se libérer de ceux qui sont des sources de trouble, de tentation ou de ceux qui adoptent d’autres croyances et doctrines, afin qu’elle soit homogène dans le dogme et solidaire, ainsi elle pourra réaliser ses buts et remporter les victoires.

 

F - Les tactiques du combat

L’Islam organise les lignes de défense en confiant à chaque division de l’armée un point désigné. Allah, Exalté et Loué,  a dit : « Lorsqu’un matin, tu (Muhammad) quittas ta famille, pour assigner aux croyants les postes de combat et Allah est Audient et Omniscient. » [Qur’an 3/121].

Cet ordre de bataille était ignoré des Arabes avant l’Islam, ils se contentaient, dans les batailles, d’attaquer et de se retirer. Le Qur’an montre comment les combattants doivent être lors du combat : « Allah aime ceux qui combattent dans Son chemin en rangs serrés pareils à un édifice renforcé. » [Qur’an LXI, 4](2).

Ce moyen de disposer les combattants concorde avec les tactiques modernes car il permet d’assurer une force de frappe et une autre de réserve qui permet au commandant d’agir en conséquence en cas de tout nouveau développement.

 

G - La soumission aux ordres

L’Islam ordonne aux combattants d’obéir à leurs chefs et commandants et de résister pour éviter toute défaite en se fiant à Allah et la certitude, comme Allah, Exalté et Loué, a dit : « Ô vous qui croyez ! Lorsque vous rencontrez une troupe (ennemie), soyez fermes, et invoquez beaucoup Allah afin de réussir. Et obéissez à Allah et à Son messager ; et ne vous disputez pas, sinon vous fléchirez et perdrez votre force. Et soyez endurants, car Allah est avec les endurants. » [Qur’an 8/45-46]

Il a mis aussi en garde contre la désertion et sa mauvaise conséquence : « Ô vous qui croyez quand vous rencontrez (l’armée) des mécréants en marche, ne leur tournez point le dos. Quiconque, ce jour-là, leur tourne le dos, - à moins que ce soit par tactique de combat, ou pour rallier un autre groupe, - celui-là encourt la colère d’Allah et son refuge sera l’Enfer. Et quelle mauvaise destination!... » [Qur’an 8/15-16]

 

H - Le secret militaire

Dévoiler un secret militaire est l’œuvre des hypocrites. Les croyants doivent informer le commandement général en cas de besoin de tous ces complots et secrets, comme ils sont aussi tenus de vérifier tout ce qu’il leur parvient de nouvelles avant de s’en assurer pour les prendre en considération. Il est dit à ce propos : « Certes, si les hypocrites, ceux qui ont la maladie au cœur, et les alarmistes [semeurs de troubles] à Médine ne cessent pas, Nous t’inciterons contre eux, et alors, ils n’y resteront que peu de temps en ton voisinage... » [Qur’an 33/60]. Le Qur’an parle aussi d’eux dans cet autre verset : « Quand leur parvient une nouvelle rassurante ou alarmante, ils la diffusent. S’ils la rapportaient au Messager et aux détenteurs du commandement parmi eux, ceux d’entre eux qui cherchent à être éclairés, auraient appris (la vérité de la bouche du Prophète et des détenteurs du commandement). Et n’eussent été la grâce d’Allah sur vous et Sa miséricorde, vous auriez suivi le Diable, à part quelques-uns. » [Qur’an 4/83].

 








.......................
 



.......................