Les évènements au Maroc et en Andalousie

 

 

 

La rébellion des Berbères au Maghreb

 

 

 

Les batailles de Qan et d’al-Asnam contre les khawarije au Maghreb

 

 

  

La rébellion des Berbères en Andalousie

 

 

 

Samh Ibn Malik le premier à avoir traversé les Pyrénées

 

Au mois de Dzoul Hijjah de l’année 97 de l’Hégire (715), l’ordre de nommer Hourr Ibn ‘AbderRahmane ath-Thaqafi arriva. Ce dernier quitta Séville pour Cordoue ou il resta gouverneur jusqu’au mois de Ramadan de l’année 102 de l’Hégire (720). Il fut remplacé, suivant les ordres du calife ‘Omar Ibn ‘Abdel ‘Aziz, par Samh Ibn Malik al-Khawlani, Khawlan est une tribu Qahtaniyah.

Samh Ibn Malik est le premier à avoir traversé les Pyrénées pour le pays des Francs (franja) et la France à cette époque n’est pas ce qu’elle est aujourd’hui et ni même un pays défini mais le pays des Francs. Samh Ibn Malik razzia le pays des Francs et particulièrement, la région des sept villes dont il conquit Narbonne, Toulouse, dans la région Aquitaine ou le Duc d’Eudes (oudis) l’arrêta.

Le jour de Tarwiyyah (la veille du jour de ‘Arafat) le 8 du mois de Dzoul Hijjah de l’année 102 de l’Hégire (720), une bataille eut lieu, les Musulmans furent défaits et Samh Ibn Malik trouva le martyr. Les Musulmans se retirèrent sous le commandement de ‘AbderRahmane ar-Rafiqi à Narbonne. Puis ‘AbderRahmane ar-Rafiqi fut nommé gouverneur d’Andalousie en attendant la nomination d’un nouveau gouverneur par le calife en la personne d’Ambassah Ibn Souhaym al-Kalbi qui arriva au mois de Safar de l’année 103 de l’Hégire (721). 

 

 

Ambassah Ibn Souhaym al-Kalbi stoppé à Sens

 

 

 

‘AbderRahmane Ibn ‘Abdillah al-Ghafiqi et la bataille de Balat ash-Shouhadah

 

 

 

Al-Walid Ibn Yazid succède à Hisham Ibn ‘Abdel Malik

 

Al-Walid Ibn Yazid succéda à Hisham Ibn ‘Abdel Malik décédé le dernier mercredi du mois de Rabi’ Thani de l’année 125 de l’Hégire (742), bien que Hisham tenta de le désister de la succession à cause de sa dépravation et c’est pour cela que Walid détestait Hisham.

Avant de devenir calife, al-Walid, ordonna au fils de son oncle al-‘Abbas Ibn Walid de partir à ar-Rassafah et d’estimer le nombre des enfants d’Hisham et leur richesse, excepté pour Maslamah qui avait souvent prit sa défense et n’agréait pas son père de son comportement envers al-Walid.

Et lorsqu’al-Walid devint calife, il montra un visage différent de ce que connaissaient les gens. Il dépensa de l’argent pour les malades, les gens dans le besoin et pour chacun d’entre eux, il attribua un assistant. Il augmenta aussi les allocations pour toutes les familles des Musulmans et un peu plus pour celles de Syrie si bien que l’argent de l’état diminua considérablement néanmoins la population se réjouit de ses générosité parce qu’elle aimait l’argent (al-flouss) mais les gens oublient rapidement les bienfaits comme nous allons le voir.

Al-Walid désigna ses fils al-Hakam et ‘Uthman ses futurs successeurs et les fit reconnaitre par les gens bien qu’ils n’avaient pas encore atteint l’âge de la puberté (houloum) et avant d’être tué.

Al-Hakam avait atteint l’âge de la puberté, s’était marié et avait déjà un enfant et son frère ‘Uthman venait juste de l’atteindre. Leur assassinat eut lieu lorsque Marwan Ibn Muhammad entra à Damas pour venger leur père mais les hommes de Yazid Ibn Walid décidèrent de les tuer dans leur prison avec Youssouf Ibn ‘Omar comme nous allons le voir par la suite.

 

Al-Walid Ibn Yazid envoya son frère Ghamr Ibn Yazid à la tête d’une armée razzier les Byzantins puis il désista Muhammad Ibn Hisham al-Makhzoumi, gouverneur de Médine, de La Mecque et de Taif, et le remplaça par son oncle Youssouf Ibn Muhammad Ibn Youssouf ath-Thaqafi à qui il demanda de capturer Muhammad et Ibrahim Ibn Hisham al-Makhzoumi, ce qu’il fit avant de saisir leurs biens et de les exhiber dans la ville. Puis, il reçut une lettre du calife lui ordonnant de les envoyer en Iraq à Youssouf Ibn ‘Omar afin qu’il les torture pour savoir où ils avaient caché leur argent. Et Youssouf les tortura tellement qu’ils moururent sous les supplices.

Quand les enfants des califes commencèrent à s’entretuer, ce fut le début du désordre dans l’état et aussi une des causes de la chute des Omeyyades. Lorsque les états utilisent ce genre de moyens contre les peuples, cela marque incontestablement le début de leur fin comme nous le vivons ces jours ci.

 



[1] Al-Ifriqi ou al-Afariqah sont des Carthaginois.

[2] Le Chélif (shlif) est un fleuve d’une longueur de 725 km du nord-ouest de l’Algérie, il prend sa source dans l’Atlas tellien et se jette dans Méditerranée.

[3] Tahert était une ville d’Algérie situé dans l’actuelle Wilaya (département) de Tiaret, proche de Tiaret.

[4] Les Mérovingiens constituèrent la première dynastie qui régna sur la majorité des territoires français et belge, ainsi que sur une partie de l’Allemagne et de la Suisse, immédiatement après l’occupation romaine de la Gaule.