Des terres d'Islam avant la première croisade

 



L’état du monde islamique à l’aube des croisades

 

Cette introduction achevée, nous allons présenter les racines historiques de ces croisades mais préalablement, il convient de répondre à quelques questions que le lecteur pourrait se poser.

L’une d’entre-elle est pourquoi les Chrétiens catholiques ont-ils débuté leur croisades au cinquième siècle de l’Hégire (onzième siècle) et pas avant ? Pour répondre à cette question, un rapide aperçu du monde islamique à cette époque est nécessaire.

Si par exemple nous nous penchons sur l’Irak et Baghdad qui était le siège des Abbassides, nous nous rendons compte que les croisades ont débuté sous le règne du vingt-huitième calife abbasside al-Moustadhir Billah et du sultanat des Seljouks qui était des Musulmans Sounnites. Comme nous l’avons précédemment mentionné dans notre Abrégé de l’Histoire des Abbassides, je vous rappelle qu’à cette époque le titre de « calife »  n’avait de valeur que son nom et que le réel pouvoir était exercé par les sultans. Le premier sultan à être nommé en Islam fut Ashnas, un chef abbasside turc, sous le règne du neuvième calife abbasside al-Wathiq Billah qui lui attribua cette fonction en l’an 228 de l’Hégire (842) et ce fut aussi la première fois que ce nom fut utilisé en Islam.

Au cinquième siècle de l’Hégire, le califat traversait sa période de faiblesse qui débuta avec l’assassinat du dixième calife abbasside al-Moutawakkil ‘Alallah en l’an 247 de l’Hégire (861) par les chefs turcs qui avaient été introduits dans la structure du gouvernement abbasside par son père le calife al-Mou’tassim Billah. Comme vous le savez, al-Mou’tassim Billah est le fils d’Haroun ar-Rashid, le huitième calife abbasside. La mère d’al-Mou’tassim Billah se nommait Marida et elle était une « mère d’enfant » turque.

Avec l’assassinat d’al-Moutawakkil ‘Alallah, les Turcs contrôlèrent dès lors le pouvoir jusqu’à l’entrée de Mou’iz ad-Dawlah Ahmad Ibn Bouwayhi ad-Daylami à Baghdad en l’an 334 de l’Hégire (945) et qui était un rafidi shi’i et comme l’a précisé l’Imam Ibn al-Athir dans al-Kamil, les Bouwayhi de Daylam étaient des shiite ghoulat. Certains autres historiens ont aussi rapporté qu’ils étaient des shiite zaydiyah.

Les sultans rafidi bouwayhi contrôlèrent à leur tour l’état abbasside jusqu’en l’an 447 de l’Hégire (1045) sous le règne du vingt-sixième calife al-Qayim Bi-Amrillah quand le chef seljouk Toughroul (Toghrul) Bek entra pour la première fois à Baghdad et mit fin au règne injuste des Bouwayhi ainsi qu’à leur personne.

 

La dynastie des Seljouks et qui sont-ils

 

Les Seljouks étaient des Turcs de la tribu des Ghouz qui vivaient dans le Turkestan et dont l’ancêtre seljouk était Ibn Douqaq ou Ibn Boughaq et qui fut le premier à s’islamiser. Après sa mort, les Ghouz se rendirent dans le Khwarezm près de Boukhara à l’ombre du puissant état des Ghaznawi et en l’an 428 de l’Hégire (1089), Toughroul Bek Ibn Mika'il Ibn Seljouk prit Nayssabour (Nichapour) la capitale du Khorasan.

Lorsque le sultan ghaznawi Mas’oud se rendit compte du danger que représentait les Saljouk, il décida de les chasser et en l’an 431 de l’Hégire (1036), il affronta ces derniers sous le commandement de Toughroul Bek mais perdit la bataille ce qui permit aux Seljouks de prendre le contrôle du Khorasan, puis d’ar-Rayy et d’Ispahan dont ils firent leur place forte.

Puis Toughroul Bek Ibn Mika'il Ibn Seljouk décida d’éliminer Arsalan Bassassiri qui était un chef turc des Bouwayhi et qui voulait mettre fin au califat abbasside sous le règne d’al-Qayim Billah et entrer à Baghdad sous la protection du  califat ‘oubaydi ismaélien d’Egypte dont le calife de l’époque était al-Moustansir Billah al-‘Oubaydi al-yahoudi al-Khabith ad-Da’i.

Toughroul Bek Ibn Mika'il Ibn Seljouk entra donc à Baghdad, mit fin aux Bouwayhi et à leur règne avant de prendre le contrôle du faible califat abbasside et de demander la main de la fille du calife mais peu après son mariage qu’il ne consuma pas, il décéda au mois de Ramadan de l’année 455 de l’Hégire (1062) et sans successeur, il fut succédé par le fils de son frère le sultan Alb (Alp) Arsalan Ibn Daoud Ibn Mika'il Ibn Seljouk.

 

Alb Arsalan nomma Nizam al-Moulk ministre et ce dernier est considéré comme le plus grand ministre (wazir) de toute l’histoire des Musulmans et sous son règne, les Seljouks entreprirent l’assaut destructeur de l’empire orthodoxe romain byzantin ce qui poussa l’empereur byzantin Romanos IV (Romain Diogène) à lever une immense armée et attaquer les terres musulmanes. Alb Arsalan, par la grâce d’Allah Exalté, réussit à le vaincre et à le faire prisonnier lors de la fameuse bataille décisive de Maladzkard (Manzikert) qui eut lieu en Arménie le vendredi 27 du mois de Dzoul Hijjah de l’année 468 de l’Hégire (1075) et ou l’armée byzantine de plus d’une centaine de milliers de soldats fut anéantie.

Seljouki

 

La bataille de Manzikert

 

Voici le récit de cette bataille par trois historiens différents et à différente époque. Cependant je n’ai pu trouver de détail, chez les Musulmans, sur le déroulement de la bataille en elle-même, ce qui m’aurait permis de pouvoir tracer un plan de bataille. Je n’ai pas été voir ailleurs et sachant qu’un livre va sortir au mois d’aout sur cette bataille, il doit avoir certainement plus de détail chez les historiens occidentaux. J’ai les documents en questions que je n’ai pas pris la peine de lire, néanmoins, il se peut que je le fasse par la suite pour dresser d’éventuel plan. 

Si vous vous posez la question pourquoi j’ai rapporté ces trois versions (sur une vingtaine) c’est que chacune à des détails supplémentaires. Bien sûr j’aurais pu faire une synthèse des trois textes mais je ne suis ni écrivain, ni savant ! L’honneur revient donc aux Salaf et à eux seuls ainsi que la récompense puisqu’ils en sont les auteurs. Mon travail consiste simplement et humblement à vous traduire ce qu’ils ont rapporté.

Cette bataille fut non seulement décisive mais d’une prime importance car c’est elle qui va déclencher (officiellement) les croisades. 

 

 

 

Les autres états musulmans qui furent concernés par les croisades 

 

Si nous regardons l’état politique de la Syrie et de l’Egypte à cette époque, avant de regarder la situation de l’Andalousie, il apparait que la situation de la Syrie était synchronisée avec celle de l’Irak et la Syrie, à cette époque, se trouvait sous le contrôle des infâmes ‘oubaydi d’Egypte. Cependant, elle leur fut arrachée par les Seljouks avant que ces derniers n’entrent en conflit entre eux mais aussi avec des chefs de tribus de bédouins comme Salih Ibn Mirdas qui contrôlait Halab, Hassan Ibn Jarah at-Ta'i qui contrôlait la plupart de la Syrie et de la Palestine tandis que Damas était sous le contrôle de Ridwan Ibn Toutoush Ibn Alp Arsalan, Bayt al-Maqdis sous le contrôle de Souqman Ibn Artouk at-Tourkami et Antioche sous le contrôle d’un chef Seljouk nommé Yaghissan al-Armani.    

Quant à l’Egypte, elle était depuis l’an 359 de l’Hégire (969), sous le contrôle des maudits ismaéliens battini ‘oubaydi comme nous l’avons vu dans l’Abrégé de l’Histoire du Maghreb et de l’Andalousie. Et avant d’aller plus loin, au regard des évènements qui vont suivre, nous devons revoir leur histoire.

Leur état débuta dans le Maghreb Islamique avec l’aide de ‘AbdAllah ash-Shi’i qui pava la route à ‘Oubaydillah ad-Da’i le juif, malédiction d’Allah sur lui, qui se surnomma al-Mahdi et qui bâtit la ville d’al-Mahdiyah en Ifriqiyah (Tunisie actuelle). Son règne débuta en l’an 297 de l’Hégire (909) et il fut succédé par son fils Muhammad al-Qa'im, puis son fils Isma'il al-Mansour, puis Ma’ad connut sous le nom de Mou’iz Li-Dinillah, qui s’établit en Egypte en l’an 362 de l’Hégire (972), trois ans après son commandant Jawhar.

Succéda à Ma’ad, Nizar al-‘Aziz connut sous le nom d’al-Hakim Bi-Amrillah puis ‘Ali at-Tahir ou az-Zahir, puis le maudit Ma’ad al-Moustansir Billah le khabith qui enjoliva aux croisés l’attaque des terres d’Islam. Il fut succédé par al-Mousta’ali Billah Ahmad, puis par son fils Mansour Amir Bi-Ahkamillah, puis le fils de son oncle ‘Abdel-Majid al-Hafiz, puis son fils Isma'il az-Zafir Ibn al-Hafiz, puis par son fils ‘Issa al-Fa'iz Ibn az-Zafir. Lui succéda le fils de son oncle, ‘Abdillah al-‘Adid qui fut le quatorzième et dernier calife ‘oubaydi et sous son règne prit fin la vile dynastie ismaélienne sous les assauts du fléau des croisés al-Malik an-Nassir Salah ad-Din al-Ayyoubi en l’an 567 de l’Hégire (1171).

Suite aux immondes actes de cette maudite dynastie ismaélienne, leurs odieux crimes et vils comportement envers les Musulmans, leur état prit finalement fin et il se peut que nous revenions plus en détail sur leur sanglante histoire.

Durant leur règne, un certains nombres de conflits et de troubles secouèrent l’Egypte et particulièrement durant le cinquième siècle de l’Hégire qui contribuèrent à détruire le pays. Ces conflits eurent lieu entre les différentes tribus qui habitaient l’Egypte, des Berbères du Maghreb particulièrement de la tribu de Qoutamah, des Turcs, des Soudanais et des Mamalik. S’ensuivit une crise de famine qui débuta en 450 de l’Hégire (1058) et dura sept années durant lesquelles les gens devinrent cannibales. Un grand nombre d’historiens ont rapporté ces évènements tandis que la situation politique était aussi mauvaise que les ‘oubaydi et dans tout leur dominion si bien qu’en neuf années, quatre ministres se succédèrent.

 

En ce qui concerne l’Andalousie au cinquième siècle de l’Hégire, la situation était aussi mauvaise qu’ailleurs, divisée en royautés, en conflits permanents entre elles tandis que certains gouverneurs n’hésitèrent pas à demander l’aide aux croisés, les ennemis d’Allah, contre leurs frères Musulmans ce qui entraina la chute de la royauté de Tolède aux mains du roi de Castille Alfonsh II en l’an 478 de l’Hégire qui fut suivit par la chute de la Sicile aux mains des croisés Normands en l’an 484 de l’Hégire (1091) et tout ceci fait partit des croisades.


 

 

Carte d'Asie Mineure ou du Sultanat de Roum

Asie-Mineure, Turquie-d'Asie, Syrie, Liban. Region-du-Caucase - Atlas-spheroidal

Télécharger une meilleure résolution ici