La généalogie des Arabes et des tribus Arabes

 

Chez la plupart des savants généalogistes, il est classique de faire remonter la généalogie des Arabes jusqu’à Qahtan et ‘Adnan. Néanmoins ils ne sont pas tous d’accord sur Qahtan et certains disent qu’il était un des fils d’Isma’il (paix sur lui) mais la plupart disent que c’était un des fils de Houd (paix sur lui) tandis que les autres les ont challengé en disant que cela était impossible parce que Houd, était du peuple de ‘Ad et que le peuple de ‘Ad n’a pu avoir aucune descendance du fait qu’ils ont totalement été éliminé de la surface de la terre par Allah Exalté lorsqu’ils désobéirent à leur Prophète.

Ibn Hazm dans son livre « Joumharate al-Ansab al ‘Arab » a rapporté que prendre pour référence la Torah (qui n’est pas l’originale Torah donné à Moussa (paix sur lui)) dans les généalogies est une grande erreur du fait des trop nombreuses falsifications qu’elle contient puisque le livre original a été perdu et que c’est dans leur exil que les Juifs ont écrit sur un parchemin ce qu’il se rappelait avoir lu dans le livre et ce qu’il désirait y trouver. Ibn Hazm  a dit : « Copier de la Torah que Qahtan est le fils d’Ibn ‘Abir Ibn Shalikh Ibn Arfakhshaz Ibn Sam Ibn Nouh n’est pas correct ».

Chez d’autres généalogistes, ‘Abir Ibn Shalikh est le nom donné au Prophète Houd (paix sur lui). Il nous suffit largement de savoir que Qahtan est l’ancêtre des Arabes. Quant à ‘Adnan, il est un des enfants d’Isma’il (paix sur lui) et qu’on ne connait pas exactement le nombre de descendant (père) entre lui et Ibrahim (paix sur lui). 

Il a été rapporté d’Ibn ‘Abbas (qu’Allah soit satisfait de lui) que lorsque le Prophète (Saluts et Bénédictions d’Allah sur lui) faisait référence à la généalogie, il finissait par Ma’ad Ibn ‘Adnan puis a dit : « la généalogie ment ».

Quant à Qouda’a, il fait partie aussi de la généalogie et certains ont dit que Qouda’a était le grand enfant non marié de Ma’ad Ibn ‘Adnan et d’autres qu’il était un fils de ‘Adnan.

 

Quant aux Yéménites, les Qahtaniyoune, ils ont dit que Qouda’a était Qouda’a Ibn Malik Ibn Himyan et à propos de cela, le compagnon ‘Amr Ibn Mourat al-Jouhani (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit que Jouhani est de la tribu des Jouhaynah et que Jouhaynah est Jouhaynah Ibn Zayd Ibn Leyth Ibn Soud Ibn Aslam Ibn al-Hafi Ibn Qouda’a. ‘Amr Ibn Moura a dit :   « O orateur, évoque pour nous, annonce et soit Qouda’iyan et non pas Niza’iyan (sous-entendu : ne t’écarte pas de Nizar Ibn Mou’ad en faisant mention de sa généalogie). Nous sommes les fils du Sheikh ‘Ijani Azhar Qouda’a Ibn Malik Ibn Himyar, dont la descendance est connut sans défaut dans les pierres gravées sous le minbar ».

 

Quant à Zoubayr Ibn Bakar, il est Zoubayr Ibn Bakar Ibn Ahmad  Ibn Mous’ab Ibn Thabit Ibn ‘Abdillah Ibn Zoubayr Ibn ‘Awwam al-Qourayshi. Zoubayr Ibn Bakar, décédé en l’an 256 (869) était sans aucun conteste de descendance arabe et un généalogiste de confiance qui a dit avec d’autres généalogistes : « Une femme de la tribu Jourhoum (tribu arabe qui s’est installé à la Mecque près de Hajar (paix sur elle), après lui avoir demandé la permission d’utiliser la source de Zamzam juste après qu’Ibrahim l’ai laissé avec son fils Isma’il (paix sur eux)), s’est mariée avec Malik Ibn Himyar et ils ont eu un enfant du nom de Qouda’a ». Quant aux savants généalogistes, ils diffèrent à savoir si Jourhoum était une tribu arabe du fait qu’ils ont dit que Jourhoum était Ibn Yaqtan Ibn ‘Abir et nous avons dit que ‘Abir était le Prophète d’Allah Houd (paix sur lui). Et d’autre part que Jourhoum était le fils de l’oncle de Yarghoub Ibn Qahtan Ibn ‘Abir tandis que d’autres ont dit que Qahtan était le diminutif de Yaqtan donc que Jourhoum était un des fils de Qahtan.

Néanmoins nous disons que Jourhoum était la deuxième épouse du Prophète Isma’il (paix sur lui) et de qui il eut une descendance et Jourhoum de la tribu des ‘Amaliq apprit à Isma’il (paix sur lui) la langue arabe et que la langue de son père le Prophète Ibrahim (paix sur lui) était la langue syriaque qui était aussi la langue de ‘Issa Ibn Maryam (Jésus fils de Marie (paix sur eux)). Cette langue est la plus proche de la langue arabe et c’est aussi la langue des premiers habitants de l’Iraq comme vous le savez et qui existe toujours.

Cette femme jourhoumite s’est mariée avec Malik Ibn Himyar de qui il eut Qouda’a. Puis Ma’ad Ibn ‘Adnan l’épousa à son tour alors qu’elle était soit enceinte de Qouda’a ou alors qu’il était encore bébé et comme il est de coutume chez les arabes, la filiation de Qouda’a remonta au nom du mari de sa mère Ma’ad Ibn ‘Adnan. Quant au désaccord sur la filiation de Qouda’a c’est un fait connu chez tous les généalogistes. C’est pourquoi lorsque le savant spécialisé en généalogie arabe Muhammad Ibn Salam al-Basri, décédé en en l’an 132 de l’Hégire, fut questionné à propos de qui les arabes descendaient le plus : de Adnan ou de Qahtan ? Il répondit : « Si les Qahtaniyah sont plus nombreux alors de Qahtan et si les ‘Adnaniyah sont plus nombreux alors de ‘Adnan ». 

 

Avant de commencer la généalogie des Arabes, sachez que la plupart des savants ont dit que les Arabes viennent de deux branches : De Qahtan ou les Yéménites et des Jourhoumite, descendants des enfants d’Isma’il (paix sur lui) qui apprit l’arabe de la tribu ‘Amaliq de Jourhoum qui étaient eux même descendants des tribus de ‘Ad, de Thamoud, de Sinjadis, de ‘Oubayd, de Wada, de Jassim, des ‘Amaliq puis de Jourhoum qu’Allah a dispersé sur la terre et qui se sont joint à Hajar et son fils Isma’il (paix sur lui) à La Mecque.

 

Qahtan est l’ancêtre des Arabes qahtaniyah ou les Arabes al-‘Arida ou les Arabes yéménites. Il eut beaucoup de fils dont al-Moul’ith et Moul’ith est Ya’ghoub Ibn Qahtan qui eut pour enfant Yashdoub Ibn Ya’ghoub qui eut pour enfant ‘Amir Ibn Yashdoub Ibn Ya’ghoub. ‘Amir est connu sous le nom de Saba et de Saba, il y eut plusieurs tribus qahtaniyah. Saba eut beaucoup d’enfant et parmi eux Qahlan, ‘Aranjash qui est Himyar. Qahlan Ibn Saba, la tribu Sabiyah se divisa à son tour. Qahlan fut appelé ainsi du fait qu’il atteignit un âge avancé. Quant à son frère Himyar est le premier parmi les Arabes à avoir porté une couronne d’or sertie de saphirs rouges.

Nous pouvons donc dire que les Qahtaniyine se sont divisés en plusieurs branches : al-Qahlaniyine de Bani Qahlan Ibn Saba et les Himraniyine de Bani Himyar Ibn Saba. Parmi la tribu Qahlaniyah, il a la grande tribu Azd d’où sont issus les tribus des Ansars qu’Allah soit satisfait d’eux dont celle d’al-Khazraj, al-Ghassassinah d’où sont issus les familles de Jafna ; les rois arabes de Syrie. Toujours issus de la tribu des Azd, les Khouza’ah, la tribu de Barik, la tribu de Ghamid, Zahran et de Zahran la tribu Daws, d’où est issu le renommé compagnon Abou Hourayrah (qu’Allah soit satisfait de lui). Des tribus Qahlaniyah, la tribu Bani Hamdan. De Hamdan la tribu des Hashim et de Baki qui sont deux très grandes tribus. De la tribu des Hashim, la tribu Houyane.

De la tribu Qahlan, Ash’ariyoune et Qayii, la grande tribu de Madhij d’où est issu la tribu de Nafah, ‘Ans, Zoubayd, Mourad, Jam, Souda’, Rouha, Banou Shimran qui sont toutes des tribus Madhijiyah.

De la tribu Qahlan est issu aussi, la tribu de Hawlan, de Mou’afir, de ‘Amila, de Joudam, de Lâhm et la puissante tribu des Kinda.

Il était nécessaire de faire ces présentations puisque nous allons voir que la plupart des personnages clefs de la dynastie omeyyade sont issus de toutes ces tribus que nous avons mentionnées.

 

Quant à la tribu Himyariyah, elle a pour branche la tribu Louqiyan et parmi celle-ci la grande tribu Qouda’a dont sont issue la tribu Bani Kalb Ibn Wadarah, la tribu des Bani ‘Oudra, La tribu de Tanoukh, la tribu de Salih, la tribu de Dahra, la tribu de Bari, la tribu de Haydan, la tribu de Jouhaynah, la tribu de Nahd.

De la tribu Himyariyah, il y a aussi la tribu de Hadramaout. Il est dit que Hadramaout est le fils de Qahtan ou qu’il est le fils de Yaqtan Ibn Qahtan. De la tribu de Hadramaout est issu le compagnon al-‘Ala Ibn ‘Abdillah Ibn Hadrami (qu’Allah soit satisfait de lui).

 

Quant aux tribus ‘Adnaniyah ou les tribus des Arabes mousta’diba connus sous le nom des ‘Adnaniyine, leur filiation remonte à ‘Adnan qui est un des enfants du Prophète Isma’il (paix sur lui) fils du Prophète Ibrahim, l’ami intime d’Allah le Très Haut (Paix et Bénédictions d’Allah sur lui).